Catégorie : EDD

Et pendant ce temps là…

img-1

img-4

En Amazonie brésilienne, la déforestation a plus que doublé en un an, selon des données officielles obtenues par satellite, rapporte l’Agence France-Presse. Pour les onze premiers mois de l’année, qui coïncident avec le début du mandat du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, la déforestation a atteint plus de 8970 km². C’est près du double du total de janvier à novembre 2018 (4878 km²).
Le Prodes, un des systèmes utilisés par l’l’Institut de recherches spatiales, organisme public de référence brésilien pour mesurer la déforestation, a montré à la fin de novembre que celle qui ravage l’Amazonie brésilienne a dépassé le seuil de 10 000 km² pour la première fois depuis 2008 entre août 2018 et juillet 2019. Soit une hausse de 43 % par rapport aux douze mois précédents. Ces données révèlent une progression encore plus importante, de 74,5 %, de la déforestation dans les territoires indigènes en un an.
La plus grande forêt tropicale du monde a ainsi perdu 10 100 km² en un an, contre 7033 km² entre août 2017 et juillet 2018.

D’après un article du Monde.fr

Les cartes proviennent de cet article très complet.

L’exposition « Nés quelque part »

Cette exposition se déroule à la Cité de l’économie, à Paris,1 place du général Catroux, jusqu’au 24 novembre. Il s’agit d’un parcours spectacle de 1h30 (20 minutes de préparation, 1h10 de parcours) où les visiteurs, dès l’âge de 8 ans, sont invités à jouer à un jeu de rôle grandeur nature.

Groupes scolaires à partir du collège.
Capacité d’accueil maximal : 50 personnes (jeunes + accompagnateurs)
Tarif groupes scolaires (par personne) :
Scolaire (collège, lycée) : 4 €
REP, REP + : 2 €

Séances, hors vacances scolaires
Mardi, mercredi, jeudi et vendredi : 9h15, 10h50, 14h00, 15h45

La France accusée de non respect des droits de l’enfant

Une quinzaine de jeunes, menés par Greta Thunberg, ont porté plainte contre la France, l’Allemagne, l’Argentine, le Brésil et la Turquie pour inaction climatique entraînant une atteinte aux droits des enfants tels que définis dans la convention de l’ONU. Notre pays, qui avait favorablement accueilli la jeune femme et son mouvement jusqu’ici, a aussitôt pris ses distance par la bouche du président de la République :  » « Je pense surtout maintenant qu’on a besoin qu’on ait une jeunesse qui nous aide à faire pression sur ceux qui bloquent, en se mobilisant, et qui aussi participent à des actions très concrètes. Là, des positions très radicales, c’est de nature à antagoniser nos sociétés.« 

Outre le manque d’élégance de la formule, je remarque l’utilisation du néologisme (voir du barbarisme) « antagoniser » issu du Canada, ce que je trouve impropre et ridicule. La plainte déposée s’inscrit dans le cadre d’un protocole optionnel de la convention qui autorise depuis 2014 des enfants à porter plainte devant le comité des droits de l’enfant de l’ONU, s’ils estiment que leurs droits sont bafoués.