Étiquette : France

Une nouvelle inquiétante

Assignations à résidence, perquisitions administratives, fermeture de lieux de culte, zones de protection et de sécurité : toutes ces mesures du régime d’exception créé en 1955 pendant la guerre d’Algérie et utilisées depuis les attentats du 13 novembre 2015, vont figurer dans le droit commun selon un projet de loi du gouvernement.  Jusque-là, ces dispositions étaient des pouvoirs exceptionnels et provisoires confiés à la police sous le contrôle du juge administratif et du Conseil d’État, en raison de risques terroristes imminents.
Dans le cas où le gouvernement parviendrait à ses fins, l’autorité judiciaire sera maintenue à l’écart de toutes ces mesures qui seront maniées par le ministère de l’Intérieur et les préfets, sans l’intervention d’un juge.

D’après un article du Monde.fr

Si ce projet de loi se confirme, je trouve cette dérive sécuritaire très inquiétante. Il s’agit d’une tentative du pouvoir exécutif de passer outre le pouvoir judiciaire, ce qui n’est jamais bon et rarement un signe de bonne santé démocratique…

Les emplois exposés à la mondialisation en France

Plus d’un travailleur français sur quatre serait directement exposé à la concurrence internationale. Il s’agit de ceux dont les emplois sont en compétition avec des emplois localisés dans d’autres pays, parce que les biens et services qu’ils produisent peuvent voyager facilement sans obstacle réglementaire majeur.
Sans surprise, les zones abritant le plus grand nombre d’emplois exposés sont des zones urbanisées, correspondant aux principales métropoles françaises: les dix premières zones concentrent ainsi le tiers de l’emploi exposé français.
En termes relatifs, c’est principalement dans les zones d’emploi peu peuplées que l’on trouve une forte population exposée. Ces zones sont situées dans l’ouest de la France, dans le Nord-Est ou encore en Auvergne et en Midi-Pyrénées. Il s’agit le plus souvent de territoires très industriels. La façade méditerranéenne est au contraire la zone où les emplois exposés sont les moins représentés dans l’emploi total. L’industrie y est relativement moins présente qu’ailleurs ; mais les services exposés y sont bien implantés. Il ne s’agit pas que de tourisme, on trouve de nombreux emplois dans des activités à plus haute valeur ajoutée (numérique, recherche-développement, sièges sociaux, etc.).

D’après un article de Slate.fr

Un pas vers la légalisation ?

Dans son programme pour la présidentielle, Emmanuel Macron prévoyait d’instaurer une simple contravention pour l’usage et la détention de cannabis, au lieu d’une éventuelle peine de prison et un passage devant un tribunal.
Des contraventions pour réprimer l’usage de drogue seront mises en place dans les trois-quatre mois selon une déclaration du ministre de l’intérieur.
Le débat politique autour de la dépénalisation ou de la légalisation du cannabis est récurrent, les associations d’usagers manifestant régulièrement pour demander une modification de la loi de 1970 pénalisant l’usage et le trafic d’une peine d’un an de prison maximum et 3750 euros d’amende. Dans la pratique, si l’emprisonnement pour usage est exceptionnel, les amendes perdurent.
Je ne suis pas convaincu du bien-fondé de cette mesure, notamment si le montant de l’amende est abaissé.
Rappelons qu’en 2014, 17 millions de personnes disaient avoir déjà pris du cannabis dans leur vie et 700 000 en consommeraient quotidiennement, selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies.

D’après un article du Monde.fr

Inégalités géographiques des salaires en France

Les salaires sont en moyenne plus élevés dans les grandes agglomérations que dans le reste de la France. En 2012, le salaire horaire net moyen se situe à 13,9 euros, soit 1,9 fois le SMIC. Mais il varie quasiment du simple au double entre la zone d’emploi où il est le plus bas (10,4 euros à Saint-Flour, dans le Cantal) et celle où il est le plus haut (19,5 euros à Saint-Quentin-en-Yvelines près de Paris). Un organisme rattaché au service du Premier ministre s’est intéressé aux raisons de ces écarts de rémunération dans une note d’analyse.
Si les auteurs de la note reconnaissent que la carte de France des salaires les plus élevés se superpose à celle des zones économiquement denses où se concentrent l’activité et la main-d’œuvre (on observe en particulier une agglomération de zones d’emploi favorisées sur le plan des salaires autour de Paris et de l’axe Lyon-Grenoble), ils mettent en avant un deuxième facteur qui, selon eux, explique davantage la hausse des rémunérations: le niveau d’éducation de la population locale. Ainsi, une forte concentration en personnes très diplômées – au-delà de BAC +3 – tire à la hausse tous les salaires de la zone, et pas seulement ceux des personnes occupants des emplois très qualifiés.
« Selon nos estimations, une hausse de 1 point de la part des diplômés du supérieur long dans la population d’une zone d’emploi induit une augmentation du salaire net horaire moyen de plus de 0,6 % pour les cadres, mais aussi de l’ordre de 0,5 % pour les professions intermédiaires et d’environ 0,3 % pour les employés », affirment les économistes de France stratégie. Dans la région parisienne et les métropoles de province, le surcroît de salaires attribuable à la forte concentration de diplômés (par rapport à une zone moyenne) s’élève à 2 % pour les employés et à environ 4 % pour les professions intermédiaires et les cadres.
Plusieurs facteurs expliquent selon les économistes ce phénomène de contagion. Tout d’abord, les travailleurs qualifiés, en interagissant avec le reste de la population, font bénéficier cette dernière de leurs connaissances et des innovations favorisant les mécanismes d’apprentissage «sur le tas». Ensuite, en s’installant sur un territoire, cette main-d’œuvre mieux payée encourage le développement autour d’elle de services comme la garde d’enfants, les restaurants, les loisirs… En outre, une forte densité de travailleurs qualifiés peut induire une progression des prix du foncier, qui par ricochet pousse à la hausse l’ensemble des salaires que les entreprises doivent offrir, y compris à une main-d’œuvre moins qualifiée.

D’après un article du Figaro.fr

3e : La France des années 50 à la fin des années 80

Je vais mêler les deux derniers chapitres d’histoire concernant la France, pour ne pas dissocier l’évolution politique de l’évolution de la société. Nous allons aussi faire de l’EMC avec le rôle du président et la fabrication des lois.

Nous reviendrons d’abord sur la naissance de la Ve République en 1958 à l’aide du manuel.

Capture d_écran 2017-05-11 à 07.17.33

Puis les élèves travailleront sur le fonctionnement de la Ve République à l’aide de cette fiche d’activité :

3EC-les-institutions-de-la-republique

J’insisterai, actualité oblige, sur le rôle du président en utilisant les travaux des élèves réalisés en AP.

Ils étudieront ensuite la contestation de mai 1968 afin de comprendre que la société changeait dans les années 60. J’utiliserai l’Animoto réalisé par deux élèves dans le cadre de l’EPI.

Capture d_écran 2017-05-11 à 07.19.44

La découverte de l’abaissement de l’âge de la majorité par Valéry Giscard D’Estaing va nous permettre de revenir sur le mandat de ce plus jeune président de la Ve République jusqu’à la récente élection de monsieur Macron et de montrer son rôle dans l’évolution de la société.

Je ferai ensuite travailler les élèves sur la loi Veil pour la légalisation de l’avortement à partir d’un dossier élaborer pour la classe de première bac pro. Cela nous permettra aussi d’aborder le processus d’élaboration de la loi.

Etude de documents Simone_Veil IVG

Capture d_écran 2017-05-11 à 08.47.45

Enfin, je distribuerai la trace écrite :

Trace écrite France de 1958 aux années 80