Étiquette : Photographie

Une exposition sur le travail de Vivian Maier

Avec une peu de chance, je pourrais peut-être aller voir « en vrai » l’exposition organisée par le Musée du Luxembourg, entre le 15 septembre 2021 et le 16 janvier 2022 et consacrée au travail de Vivian Maier (New York, 1926 – Chicago, 2009), une grande photographe du XXe siècle. L’exposition permettra au public français d’accéder pour la première fois à des archives inédites de la photographe, découvertes en 2007.

Une trouvaille de grenier

Photographie David J. Whitcomb

Après avoir acheté une maison ancienne dans le centre de Geneva, aux Etats – Unis,  pour y installer son cabinet d’avocat, David J. Whitcomb, y a découvert un trésor dans le grenier oublié depuis le milieu du XXe siècle. Sous le toit, des photographies anciennes par dizaines, au milieu d’accessoires, d’appareils, de décors et de mobilier ancien : les vestiges d’un studio de photographie ayant appartenu au photographe James E. Hale (1850-1920), qui avait installé son studio au second étage de la maison, vers 1900.


La plus remarquable photographie du lot est un portrait encadré de la suffragette et abolitionniste Susan B. Anthony (1820-1906), pris un an avant sa mort, ainsi que son négatif original sur plaque de verre, malheureusement endommagé. James E. Hale avait réalisé le portrait d’un grand nombre de dirigeantes des mouvements féministes de l’époque. Une série de ses portraits avait même été exposée à la 39e convention de la New York State Woman Suffrage Association, en 1907. Susan B. Anthony avait été arrêtée et jugée par la justice américaine pour avoir voté à l’élection présidentielle de 1872. Elle avait été pour cela pardonnée à titre posthume par Donald Trump en 2020.
Au nombre des autres photographies se trouvent notamment des photographies d’une équipe féminine de basket de Geneva, vers 1904-1905.
L’ensemble de la collection de l’ancien studio de James E. Hale sera hélas mis aux enchères au printemps prochain, le temps de nettoyer, inspecter et restaurer l’intégralité des pièces découvertes.

D’après un article du Figaro.fr

Dénoncer les violences policières en dénonçant la loi de sécurité globale

Thierry-Fournier-La-Main-Invisible-Kiran-Ridley-02-1500px
« Thierry Fournier, La Main invisible #7, 2020, d’après une photographie de Kiran Ridley, manifestation des Gilets Jaunes à Paris, 2018 »

C’est l’objectif de Thierry Fournier avec sa série de photographies La Main invisible, qui transforme des photographies témoignant de violences policières, en effaçant intégralement les policiers de l’image. En soulevant la question de la censure et en faisant semblant de s’y soumettre, l’image ne montre plus que les personnes subissant un assaut, mené par un vide spectral qui n’a plus ni corps ni visage. Le terme de “main invisible” est un des concepts historiques du libéralisme, qui postule que la somme spontanée des actions du marché conduirait au bien commun.

403 expositions virtuelles

Le site de l’ecole du Louvre propose les liens vers 403 expositions virtuelles classées en catégories qui peuvent intéresser l’histoire (Préhistoire / Antiquité / Arts du Moyen – Age / Arts de la Renaissance / Arts des temps modernes / Arts du XIXe siècle / Arts du XXe siècle / Art contemporain / Architecture / Arts asiatiques / Arts de l’Islam / Arts africains et océaniens / Arts des Amériques / Photographie / Patrimoine technique et industriel)

Deux expositions à voir au Musée nationale de l’éducation de Rouen

Nous nous sommes rendus hier après-midi au Musée national de l’éducation, rue Eau de Robec, à Rouen, pour y voir l’exposition « Métier d’enseignant(e), métier d’élève ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au Rez-de-chaussée, nous en avons profité pour découvrir l’exposition « Ma rue par Achbé », composée de magnifique photos prises par l’artiste, qui trace à la craie des formules (im)pertinentes sur les trottoirs parisiens, qu’elle photographie ensuite en noir et blanc. Je pense ces oeuvres te plairont, Barbara.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’exposition « Métier d’enseignant(e), métier d’élève » est plus classique dans la forme et le fond et si je n’ai pas appris grand chose, j’ai pu voir des objets et témoignages intéressants de différentes époques.

Si vous ne connaissez pas encore ce musée, je vous le recommande, notamment en compagnie d’enfants. Sa visite est instructive, assez rapide et le bâtiment abritant le musée est magnifique. A noter que ce musée dispose d’imposantes réserves, localisées ailleurs dans Rouen, dans des locaux beaucoup plus modernes. Vous pouvez en faire une visite virtuelle ici mais aussi y mener des recherches sur l’histoire de l’école.

En bonus, vous pourrez voir une autre version de ce film plutôt drôle.

Voir Paris entre 1910 et 1937

C’est un panorama de Paris au début du XXe siècle, en couleur, que présente la Cité de l’Architecture jusqu’au 11 janvier 2021, avec une large sélection de films et d’autochromes issus des Archives d’Albert Kahn.
En 1909, Albert Kahn (1860-1940), banquier français, lança son programme d’Archives de la Planète en envoyant dix opérateurs dans le monde pour produire une œuvre documentaire qui se voulait totale et universelle. En plus de vingt ans, sous la direction du géographe Jean Brunhes, ils réalisèrent un ensemble de 72 000 images fixes en couleur, 4000 plaques stéréoscopiques et une centaine d’heures de films noir et blanc. Pour la couleur, ils choisirent l’autochrome, le premier procédé photographique couleur produit industriellement, à base de fécule de pomme de terre.
Paris fut un de leurs grands sujets, avec 5000 autochromes, 90 000 mètres de films et 200 plaques stéréoscopiques.
La Cité de l’architecture et du patrimoine offre l’occasion de voir un panorama de la capitale française, à la fois intemporelle et en pleine mutation, fixé au début du XXe siècle.

D’après un article de France Info.

Tous les jours sauf le mardi, 11h-19h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h
Tarifs : 9 euros / 6 euros
Du 16 septembre 2020 au 11 janvier 2021