Catégorie : DAEU

Le commerce mondial par conteneurs

carte-new-york-panama-tahiti-sydney-tdm-thalassa.JPG

Pour assurer sa rentabilité, un porte-conteneurs géant qui tourne entre la Chine et l’Europe doit être rempli, au retour, à plus de 90 %.  Cela démontre que ce transport n’est viable que dans un contexte de forte croissance des exportations.

En Europe, trois grandes compagnies dominent le paysage : la danoise Maersk, l’italo-suisse MSC, et la française CMA CGM. Pour gagner des parts de marché, toutes les grandes compagnies s’efforcent de baisser leurs coûts. Le premier poste d’économie est le carburant. Il représente en effet 60 % des coûts fixes du voyage, hors manutention. Un navire standart consomme 330 tonnes de fioul lourd par jour à pleine vitesse (26 noeuds, 48 km/h). Depuis quelques années, les compagnies maritimes ont donc choisi de ralentir les bateaux, pour consommer moins. Ils font désormais l’aller-retour vers la Chine en dix semaines, au lieu de huit. Et leur vitesse moyenne en mer a été ramenée à 19 noeuds (35 km/h).

Un navires fait le plein de fioul dans le port où il est le moins cher. En général, c’est à Rotterdam. Il charge alors 7 000 tonnes pour effectuer l’aller-retour, à 421 euros la tonne, ce qui fait une facture de 3 millions d’euros. Une barge vient s’accoler au navire pour transférer le carburant à bord. Le moteur du navire fait l’objet de toutes les attentions. Chaque pièce est changée au moindre signe de faiblesse. Certaines réparations se font en mer, d’autres aux escales. Le but est que le navire ne s’arrête jamais, sauf pour l’entretien de la coque prévu tous les cinq ans. Le but est aussi de maintenir toujours le meilleur rendement et donc la consommation la plus basse. Cette volonté d’économie est présente dès la conception du navire, dans le dessin de la coque ou le choix du moteur.

Si l’on ajoute les charges de port, d’équipage et le passage du canal de Suez, une journée d’exploitation d’un porte conteneur coûte environ 200 000 euros. Chaque navire s’amortit en vingt-cinq ans. Malgré ces coûts importants, le transport de conteneurs reste rentable grâce aux volumes. Le conteneur gagne du terrain sur tous les autres modes de transport parce qu’il permet l’intermodularité : il passe du camion au bateau, du bateau au train ou à la péniche. La marchandise, emballée à l’usine, n’est déballée qu’au magasin. Le conteneur permet d’emporter de plus en plus de marchandises : traditionnellement voué aux produits manufacturés, il est désormais utilisé également pour des liquides, du vrac, des voitures.

Combien coûte le transport d’un conteneur de l’Asie vers l’Europe ? À cette question, Patricia Picini, responsable des opérations commerciales pour la France de la CMA CGM, ne répond pas directement.  » Cela dépend du volume de fret qui nous est confié, dit-elle. Un gros client aura des prix plus intéressants. De plus, cela dépend du marché, de la concurrence, du coût du carburant, de la saison, de ce qu’il contient. Pour faire simple, on peut dire qu’acheminer un conteneur de 6 mètres de Shanghaï au Havre coûte environ 2 000 euros. »

À l’intérieur, il sera possible de transporter jusqu?à 12 tonnes de produits, ou bien 33 mètres cubes. C’est peu cher : 17 centimes pour un kilo de marchandise environ. Et c’est pourquoi il est possible de faire voyager toute sorte de marchandises en conteneurs, y compris de l’eau minérale ou des déchets à recycler.

La prochaine génération de navires va encore grandir. La compagnie Maersk dispose déjà d’un navire capable de transporter 15 000 conteneurs EVP (équivalents 20 pieds). Et il existe, en commande, des navires de 18 000 EVP. Ces navires feront 396 m de long, 60 de large, et auront jusqu’à 17 m de tirant d’eau.

Jusqu’où peut aller la croissance des navires ? Ceux qui les conduisent disent eux-mêmes que les bateaux actuels sont déjà trop grands. Ils deviennent très difficiles à manoeuvrer. Les ports, aussi, ne sont plus adaptés : les bassins sont trop petits pour des géants pareils, les grues ne sont plus assez grandes pour les charger. « À Southampton, pour entrer dans le port, il faudrait que l’on soit le seul navire. C’est ingérable !», déclare un marin. Pourtant, la rentabilité pousse à les faire grossir encore. La croissance des super pétroliers a été stoppée par les marées noires. Le problème ne se pose pas avec les porte-conteneurs.

D’après un article de La Croix.fr

Si vous voulez en savoir plus, voici le lien vers le reportage de Thalassa sur le voyage d’un porte conteneur autour du monde.

Les langues du monde

Les linguistes ne savent pas exactement le nombre de langues parlées dans le monde, car les données changent en permanence. Il existe encore  des endroits qui n’ont pas encore été explorés et par conséquent, on ne dispose pas d’informations particulières sur les habitants et sur leurs dialectes.

Si l’on en croit la base la plus complète à ce jour qui recense les langues « vivantes » de par le monde, elles sont au nombre de 6909. Il s’agit d’une base de données qui recense les langues les plus connues et « vivantes » dans le monde (anglais, espagnol, chinois…), mais aussi des langues qui sont parlées par moins de mille personnes (environ 1700). La base recense par exemple près de 230 langues différentes en Europe et 2197 en Asie.

La dernière langue à avoir été découverte pour le moment est le « koro ». Une équipe de linguistes l’a découverte dans un petit État de l’Inde.

D’après un article de Cafébabel.com.

Le rôle de la France en Méditerranée

Voici les réflexions de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie à propos de ce qui se passe au sud de la Méditerranée et du rôle que la France peut y jouer :

« Je partirais dans cette réflexion sur la Méditerranée dont les enjeux politiques… hexagonaux redeviennent évidents ces temps-ci, je partirais brièvement, point de vue d’historien, de l’époque qu’avait talentueusement évoquée mon maître Fernand Braudel dans sa Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. La prépondérance sudiste, plus exactement méditerranéenne, conservait alors de beaux restes (européens) au XVIe siècle qu’avait illustrés à Madrid et à Barcelone la dynastie des Habsbourg, progressivement éloignée de ses bases autrichiennes ou flamandes originelles.

Un peu plus à l’est, il suffit d’évoquer à propos de cette durable dominance latine la grande peinture italienne de la Renaissance cependant que la France, encore à la traîne, n’abandonnera l’architecture gothique, désormais démodée, au profit des modèles romains, sinon grecs, que tardivement, à partir de 1530-1540. Les grandes découvertes océaniques des XVe-XVIe siècles vers l’Inde, l’Amérique, le Pacifique sont le fait de navigateurs italiens et ibériques.

Malgré ce, la rétroversion du Vieux Continent vers le Nord au détriment des grands espaces maritimes du Sud est une donnée qui s’impose progressivement dans le très long terme : je pense à l’installation déjà très ancienne à Paris d’une puissante monarchie capétienne ; elle « avale » peu à peu le Midi, Languedoc au temps de la croisade anti-albigeoise, Provence à la fin du Moyen Age, Sud-Ouest au lendemain des guerres de Cent Ans. Et puis la Corse en 1768. Dans la foulée et dans la longue durée, nos monarchies puis la République s’installeront en Algérie, en Tunisie, au Maroc entre 1830 et 1925. Conquêtes éphémères, quoique linguistiquement assez tenaces.

Le Nord, toujours : en Italie, Cavour, politicien piémontais ultra-septentrional par rapport à la Botte, détruit sans scrupule lors de notre Second Empire toutes les principautés et petites monarchies péninsulaires au profit de la vorace dynastie savoyarde ; elle s’installe sans complexe à Rome et contrôle tant bien que mal un espace considérable qui s’étend du val d’Aoste à Lampéduse et Pantelleria. L’Allemagne de Guillaume II, avant 1914, tente de mettre un pied au Maroc et un autre au Proche-Orient, forte de l’alliance ottomane. L’Angleterre tient la route des Indes par Gibraltar, Malte et le canal de Suez ; celui-ci, oeuvre d’un Français éminent, Ferdinand de Lesseps. Ce personnage, sans le scandale de Panama où il fut impliqué, occuperait dans la mémoire nationale une place quasi équivalente à celle de Victor Hugo.

De cette avancée des pouvoirs nordistes vers le sud, on tient encore d’autres exemples : n’évoquons que pour mémoire l’arrivée des Vikings ou plutôt des Normands dans l’espace italien méridional y compris insulaire. Quant à l’Espagne moderne, chrétienne et post-chrétienne, elle doit son existence à la Reconquista, effectuée à partir de la bordure d’outre-Pyrénées exceptionnellement non islamisée, liseré étroit qui s’étendait de Saint-Jacques-de-Compostelle à la Catalogne.

L’apôtre Jacques pointait ainsi un doigt conquérant vers Valence et l’Andalousie. Couronnant l’édifice, les Pays-Bas dès le XVIIe siècle supplantent l’Italie du Nord comme avant-garde agricole, capitaliste, conquérante, transocéanique. Mais le vaincu parfois conquiert pacifiquement son fier vainqueur : la France s’est emparée de « son » Sud mais les pays d’Oc, même francisés, constituent maintenant un pôle d’attraction économiquement très actif pour les retraités, pour les amateurs de résidences secondaires, les touristes blonds et germaniques, y compris déshabillés au cap d’Agde et les médecins pour soigner tout ce monde. Puissant gisement d’emplois…

Les Algériens colonisés jadis par Charles X et Louis-Philippe viennent peupler nos banlieues, la tête haute. Les milliardaires arabes et autres dédaignent la Galice et s’installent en Andalousie triomphalement. Nos anciennes possessions donnent le « la », les baigneurs scandinaves sont à Djerba et BHL règne à Marrakech.

D’une façon générale, y compris hors Méditerranée, l’attraction sudiste et solaire fait prime. Londres, avec son ciel purifié du smog, a repris l’ascendant sur les vieilles zones centrales et septentrionales de la révolution industrielle anglaise ; le Wurtemberg et la Bavière, jadis pauvres, sont devenus les régions les plus heureuses de l’Allemagne, distançant le Brandebourg. La vieille Europe, si ensoleillée soit-elle en la circonstance, est pourtant bluffée par l’émergence de la révolution arabe au sud et à l’est de la mer intérieure.

On en était encore à l’islamisme conquérant comme dans La Belle Hélène, d’Offenbach. Tous ces barbus qui s’avancent… bus qui s’avancent… bus qui s’avancent… Et puis la scène pivote, sur le mode dramaturgique. Les jeunes manifestants, du Maroc à la Syrie (sans oublier Aden et certains émirats), se proclament démocrates et le sont en effet pour nombre d’entre eux.

Dans ce qui fut autrefois la régence tunisienne, Ben Ali dorénavant met les pouces. Dans une Egypte qui comptait il n’y a pas si longtemps 40 millions d’habitants devenus aujourd’hui 84 millions, les étudiants et bien d’autres ont fait céder Moubarak, l’attitude de l’armée ayant été exemplaire en l’occurrence. Ces deux pays qu’avaient illustrés il y a bien longtemps Carthage et les pharaons écrivent derechef une nouvelle page, pour le moment brillante, de leur histoire multimillénaire.

Ce que d’aucuns avaient prévu se réalise, les masses estudiantines énormément accrues depuis des dizaines d’années changent les règles du jeu. Mais ailleurs l’armement moderne des forces de répression fait la loi pour le moment. Jusqu’à quand ? Kadhafi est l’auteur de cette incroyable innovation qu’est l’usage de l’aviation militaire contre les manifestants des boulevards et des avenues.

La dynastie Assad se couvre de honte, une fois de plus, contre des Syriens désarmés. Qu’en adviendra-t-il ? La politique méditerranéenne de la France y changera-t-elle quelque chose ? Je laisse à de plus savants que moi comme aux spécialistes du monde arabe le soin de répondre à cette question. »

Et voici les propos de Frédéric Charillon, directeur de l’institut de recherches stratégiques de l’école militaire :

« Au-delà des révolutions arabes en cours, nous assistons à l’accélération d’un bouleversement stratégique plus ample, qui touche ce qu’il était convenu d’appeler le « troisième cercle » de priorité de l’action extérieure de la France. Après le cercle régional, c’est-à-dire européen, qui constitue notre environnement politique immédiat, et le cercle transatlantique, qui fixe le cadre de notre alliance à l’échelle globale, vient en effet le cercle parfois résumé rapidement comme celui de la « francophonie », mais qui s’étend en réalité au double espace méditerranéen et africain.

Dans les dernières décennies, la situation démographique, socio-économique et culturelle de ces deux espaces a considérablement évolué, pour venir finalement surprendre les pouvoir politiques les plus anciennement installés. Les implications en sont nombreuses pour la France. Elles nécessitent d’entamer une réflexion sur trois concepts stratégiques à redécouvrir : ceux d’interlocuteur, de proximité et d’intérêt partagé. Elles imposent ensuite d’innover sur deux plans : imaginer la relation « post-post-coloniale » et sortir des schémas classiques de la relation « patron-client ». Ces chantiers-clés de la scène mondiale sont largement inexplorés. La France n’est pas dépourvue d’atouts pour y être pionnière, pour peu qu’elle souhaite les appréhender.

Il est ressorti des événements tunisiens et égyptiens de janvier et février que, pour placer le curseur avec justesse entre indifférence et ingérence dans sa relation à l’autre, mieux valait ne pas s’enfermer dans une relation exclusive avec le pouvoir exécutif. « L’interlocuteur » d’une politique extérieure ne doit donc pas être un système de pouvoir, mais l’ensemble des forces qui composent la vie politique nationale : ce n’est pas à un régime autoritaire de faire reconnaître son monopole de l’expression politique, mais à la politique étrangère d’une démocratie de faire reconnaître le pluralisme comme principe d’une relation.

Une telle posture, outre sa vertu éthique, a l’avantage d’éviter la dépendance à l’interlocuteur unique, lourde de conséquences lorsque ce dernier disparaît ou est rejeté de sa propre population, quand bien même il fut un partenaire fiable.

Vient alors le concept de proximité : la France entretient bien une relation privilégiée avec des pays africains et méditerranéens. Mais celle-ci, héritée de l’Histoire, est bâtie sur une interaction qui est d’abord sociale avant d’être politique. La proximité entre la France et la Tunisie, la Côte d’Ivoire ou le Liban repose sur des présences de populations, sur des ciments culturels (comme la francophonie), sur des interactions micro-économiques. Non sur l’intimité politique avec un décideur.

Le président Ben Ali n’était pas la Tunisie à lui seul, moins encore le premier ministre Saad Hariri (ni ses prédécesseurs) le Liban. Et le cas ivoirien, à cet égard, nous offre une bien absurde démonstration depuis l’élection de novembre 2010. Là où les intérêts des décideurs se révèlent plus étroits ou plus éphémères, ce sont bien les acteurs sociaux, par leurs demandes mutuelles, qui produisent entre deux pays des intérêts partagés durables : la paix et la stabilité, la réduction des inégalités, la modernisation, l’ouverture économique, sociale et culturelle… Le diplomate et le soldat y contribuent (comme au Liban et en Côte d’Ivoire, au sein de la Finul et de l’opération « Licorne »). Mais rien ne se fait plus sans les sociétés.

Prendre acte de cette donne suppose, en matière de politique extérieure, de tourner la page de la relation post-coloniale, qui eut son moment politique, mais vient de s’achever sous nos yeux. Il était sans doute incontournable, après les indépendances africaines, dans les grandes heures du non-alignement ou à l’apogée du nationalisme arabe, de refonder une relation si complexe sur la reconnaissance sans condition de la légitimité des nouveaux régimes. Il était également tentant, pour les Européens, de prolonger cette posture en voyant dans ces régimes – qui perduraient… – des alliés, des garants ou des remparts pour les intérêts stratégiques du moment (de la guerre froide à la lutte anti-terroriste).

Plusieurs populations arabes sont venues nous montrer, en ce début d’année, que cette vision devait évoluer, ou qu’elle ne devait pas primer sur toute autre considération. Une nouvelle page est donc à écrire. Elle s’avérera sans doute plus facile à élaborer avec les régimes les moins familiers (comme la Libye) qu’avec ceux que l’on connaissait mieux (comme la Tunisie, mais aussi l’Egypte). Nous entrons là, en quelque sorte, dans l’ère du « post-post-colonial ».

Avec cette sortie des schémas connus, d’autres approches classiques disparaissent. Ainsi l’idée qu’il existe, dans la relation entre un pays du Nord et un pays du Sud, un Etat systématiquement patron et un autre systématiquement client, est désormais caduque. Chacun des acteurs a ses intérêts propres et se trouve en réalité, selon les dossiers, en position de fournisseur ou de demandeur.

En Afrique comme en Méditerranée, la France peut apporter beaucoup dans certains secteurs à ceux qui doivent être considérés désormais comme ses partenaires : une voix plus forte pour eux dans les instances internationales, un accès au système éducatif européen qu’il faut impérativement réformer, une meilleure prise en compte de leurs revendications politiques et économiques… Mais elle devra aussi solliciter leur soutien dans d’autres domaines, qui ne se situent pas tous dans la sphère de la sécurité : la contribution de ces pays aux enjeux environnementaux, culturels, énergétiques, entre autres, est fondamentale. Ces intérêts croisés pourront être discutés cartes sur table, pour renforcer la proximité évoquée ci-avant, et évacuer par la même occasion les ambiguïtés d’une histoire tourmentée.

Face à cette nouvelle ère qui s’ouvre, davantage de doutes nous attendent que de voies toutes tracées. Cela nécessitera la formulation de priorités claires, la définition des moyens à y consacrer et, surtout, une forte capacité d’innover et de renouveler les approches internationales. C’est là, très probablement, que la France est attendue. »

Ces propos sont rappportés dans l’édition du journal Le Monde du 9/04/2011 que vous pourrez trouver au CDI dès demain.

 

Cours DAEU

Je serais bien présent ce soir (8/04) pour le cours d’histoire, ma voiture étant réparée… Mais je n’assurerai pas le cours de géographie du  lundi 11/04 pour des raisons familiales. Si vous pouviez penser à m’apporter le devoir supplémentaire sur le Japon et les Etats – Unis, je pourrais vous le rendre la semaine prochaine.