Catégorie : Poésie

Poésie de combat

Arte propose pour quelques jours encore un portrait de la poétesse saoudienne Hissa Hilal qui ue de ses vers pour défendre ses idées et faire évoluer la condition féminine dans les pays du Golfe. Après la publication de ses œuvres sous pseudonyme, sa participation à l’émission « The Million Poet Show », sur la chaîne publique des Émirats arabes unis, lui a offert une tribune inespérée. Déclamé devant 75 millions de téléspectateurs, son poème était une  critique à l’égard de la société arabe patriarcale et des sévères fatwas lancées par certains religieux. Son intervention a  été largement relayées par la presse arabe et occidentale. Elle avait publié deux recueils de poésies avant sa participation à l’émission et depuis une compilation de ses oeuvres est également parue.

Un poème manuscrit de Victor Hugo retrouvé dans un lycée de Besançon


Un poème manuscrit et inédit (du moins sous cette forme) de Victor Hugo a été retrouvé dans un lycée qui porte son nom à Besançon, ville de naissance du poète. Cet inédit intitulé Les Enfants pauvres, avait été offert en 1868 par l’écrivain pour une loterie à Besançon au profit des indigents, puis avait été revendu en 1951 à l’établissement scolaire, pour 6000 francs, et rangé puis oublié jusqu’à la dernière rentrée.

« Ah ! Voilà surtout ceux que j’aime,
Faibles fronts dans l’ombre engloutie,
Parés d’un triple diadème,
Innocents, pauvres et petits !

Ils sont meilleurs que nous le sommes
Ah ! Donnons-leur en même temps,
Avec le pain qu’il faut aux hommes,
Le baiser qu’il faut aux enfants ! »

La seconde strophe de ce poème se retrouve presque intégralement dans le poème Dieu est toujours là appartenant au recueil Les voix intérieures publié en 1837.

Tsutomu Yamaguchi (1916 – 2010)

Tsutomu Yamaguchi fut la seule personne reconnue comme ayant survécu aux deux bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Le 6 août 1945, il se rendit à Hiroshima pour un voyage d’affaires, le jour du largage de la première bombe. Se trouvant à trois kilomètres de l’épicentre de l’explosion, il eut les bras et une partie du visage brûlés au troisième degré, et perdit temporairement la vue et l’ouïe. Malgré cela Yamaguchi quitta l’hôpital le lendemain retourna auprès de sa famille, dans sa ville de résidence, à Nagasaki. Le 9 août, celle-ci fut à son tour détruite par la seconde bombe atomique alors qu’il se trouvait sur son lieu de travail, à environ trois kilomètre du lieu de l’explosion de la bombe. Tsutomu Yamaguchi réchappa de nouveau à cette attaque.
En quelques jours, le bombardement à Hiroshima fit 140 000 morts et celui de Nagasaki 70 000. Aujourd’hui, le nombre des morts victimes des bombardements s’élève à 250 000 pour Hiroshima et 140 000 pour Nagasaki.
En 2005, il avait commencé à raconter le drame qu’il avait vécu, à la suite de la mort d’un cancer de son deuxième fils, victime des radiations lorsqu’il était âgé de 6 mois. Sa femme et son fils ainé étaient morts de cancers généralisés auparavant. En 2006, il participa à un documentaire, Niju Hibaku (« double irradiation ») et lança un appel aux Nations unies demandant l’abolition des armes nucléaires avant de mourir à son tour d’un cancer de l’estomac. Il est l’auteur d’un livre retraçant sa tragique expérience : Nagasaki-Hiroshima : deux fois atomisé et d’un recueil de poèmes intitulé Le Camphrier Irradié.

71iifQEwPGL

« Pendant cinquante ans
j’ai survécu, atomisé,
à ce monde de rosée –
Je formule sans cesse des vœux
pour une Terre dénucléarisée »

Poésie et histoire

Sur France Culture, Matières à penser propose cinq émissions sur le thème « Poésie et histoire » :

Cela devrait plaire à Barbara !