Une image antisémite du XXIe siècle

Voici un exercice d’analyse d’image qui reprend ce que je demande en classe aux élèves, sur des affiches de propagandes de la colonisation, des guerres mondiales ou de la guerre froide.

capture_2017-11-20_a_12.26.50

Gérard Filoche, membre de la direction du PS, a été exclu du parti pour avoir diffusé il y a quelques jours cette image antisémite sur Tweeter en y ajoutant « Un sale type, les Français vont le savoir tous ensemble bientôt ».
Celui-ci a expliqué avoir considéré que ce n’était là qu’un visuel banal et ne pas avoir su d’où venait l’image ni compris son caractère antisémite ! (ce qui, si c’est la vérité, est assez affligeant…) Or celle-ci est apparue en premier sur le site d’extrême droite Égalité et réconciliation, dirigé par Alain Soral, qui doit d’ailleurs être prochainement jugé pour la diffusion de ce montage.
Que voit-on sur cette image ?
Ce qui saute aux yeux d’abord, c’est le brassard porté par Emmanuel Macron, rappelant le brassard nazi dans lequel la croix gammée a été remplacée par le symbole du dollar. En arrière-plan, on distingue le drapeau des États-Unis et celui d’Israël. Enfin, dominant la scène,apparaissent le chef d’entreprise Patrick Drahi (PDG du groupe de médias et communication Altice), le banquier Jacob Rothschild et l’économiste, écrivain et conseiller politique Jacques Attali.
Quel est le sens de tout ceci ?
Les trois personnages seraient « le vrai pouvoir », alliance de l’oligarchie financière, du système médiatique et politique, contrôlant notre démocratie par l’intermédiaire de leur « jouet », le président de la République. Ce « pouvoir derrière le trône » ferait et déferait les carrières politiques, les alternances, toujours à leur profit, en faisant croire au peuple que c’est lui qui décide. Autre point commun entre les trois hommes : ils sont issus de familles juives. On voit ici nettement apparaître la théorie du complot juif, fondement de l’antisémitisme depuis le XIXe siècle. Une particularité de l’image cependant : d’après le slogan, ce complot n’aurait pas pour objectif le contrôle du monde, mais sa destruction.
Le brassard et les drapeaux sont là pour évoquer l’impérialisme, c’est-à-dire la poursuite jusqu’au-boutiste de la logique capitaliste, obligeant celui-ci à aller conquérir par la force de nouveaux marchés et qui a aboutit à la colonisation. L’impérialisme américain a souvent été dénoncé par l’URSS durant la guerre froide et la colonisation des territoires occupés par Israël semble s’apparenter à de l’impérialisme.
Étonnamment, la franc-maçonnerie n’apparaît pas dans l’image retweetée par Gérard Filoche. C’est pourtant un ingrédient quasi indispensable aux théoriciens du complot juif !
Quelques images pour vous entraîner maintenant, de grands classiques des cours d’histoire :

À noter que la caricature antisémite appliquée à l’actuel président n’est pas l’apanage de l’extrême droite ou de la gauche. Les Républicains avaient commis la leur, il y a quelque temps.

Une image antisémite du XIIIe siècle ?

upper-margin-exchequer

tax-receipt-full

Sur un rôle d’imposition anglais de 1233, un scribe a dessiné une scène satirique probablement antisémite. Le décor fait apparaître deux personnages présentant des nez crochus dans ce qui semble être une reconstitution du palais de Westminster. Leur caractéristique physique est moquée par une armée de démons. L’un des diables pointe du doigt les narines des deux principaux protagonistes.
Si des doutes subsistent encore sur l’appartenance à la communauté juive des personnages dessinés, notamment parce que l’imagerie chrétienne n’a à cette époque produit que peu de représentations de Juifs ; cependant, le contexte historique de l’Angleterre en 1233 tend à accréditer cette idée.
Affaibli par une guerre civile, le royaume d’Henri III était en effet ruiné financièrement. Le souverain s’est appuyé alors sur les riches marchands juifs pour collecter les impôts en les affermant et lui prêter de l’argent. Au-dessus de la scène, le personnage tricéphale est sans nul doute Isaac de Norwich, un marchand juif très connu et très puissant, représenté comme la figure de l’Antechrist. Il était usurier, notamment au service de l’abbaye de Westminster. Il est probable que le second personnage masculin moqué dans le dessin soit Mosse Mokke, un notable juif de Norwich qui prélevait  la taxe sur les juifs pour le roi et travaillait pour Isaac dans le recouvrement de créance. Le personnage féminin représenté en face est probablement sa femme, Avegaye, qui pratiquait également l’usure. Mosse Mokke a été exécuté  en 1242 après avoir été accusé de rogner les monnaies.
Le quatrième personnage, représenté à gauche avec une balance, en train de peser des pièces de monnaie, est probablement un changeur juif ou un usurier, rappelant la fonction d’Isaac et de Mosse.

D’après un article du New York review of books

Encore des abus du côté de chez Apple

Afin de répondre à la forte demande provoquée par le dernier-né d’Apple, six lycéennes chinoises disent avoir effectué des journées de 11 heures en moyenne, contre leur gré, dans une usine de Zhengzhou. Une durée dépassant la limite légale de travail pour les stagiaires qui, d’après la loi chinoise, est limitée à 40 heures par semaine. L’une des étudiantes concernées confie avoir assemblé jusqu’à 1200 caméras d’iPhone X par jour.
Cela a commencé en septembre dernier, lorsque leur école –la Zhengzhou Urban Rail Transit School– a envoyé près de 3000 de ses étudiantes dans l’entrepôt d’un fournisseur d’Apple, Foxconn. Cette mission de trois mois est alors présentée comme un prérequis à l’obtention de leur diplôme.
« L’école nous force à travailler. Les tâches que l’on effectue n’ont rien à voir avec nos études » a déclaré l’une des étudiantes.
Contactée par les médias, l’école en question a refusé de répondre aux questions des journalistes. Apple et Foxconn, quant à eux, ont reconnu avoir entendu parler de stagiaires ayant effectué de nombreuses heures supplémentaires et se disent déterminés à prendre les mesures nécessaires pour que cela ne se reproduise plus. Les deux entreprises assurent toutefois que toutes les lycéennes consentaient à travailler:
« Il nous a été confirmé que les étudiantes ont travaillé volontairement, ont reçu des compensations et des bénéfices, même s’il est vrai qu’elles n’auraient pas dû avoir à travailler plus que la durée légale. »
Le fournisseur Foxconn a reconnu lui aussi que le temps de travail imposé aux jeunes femmes constitue une violation de sa politique.
D’après un employé de longue date du fournisseur, l’usine de Zhengzhou a chaque année recours à de nombreux étudiants entre août et décembre, période de pleine activité. Au point de parfois tripler son nombre d’employés. À cette saison, plus de 20000 iPhones seraient produits quotidiennement.

D’après un article de Slate.fr

 

La carte et le paysage selon Julien Gracq

IMG_0697
La chambre des carte dans la maison de Julien Gracq, devenue maison d’écrivains.

Voici ce que disait Julien Gracq des cartes et du paysage, avec ce concept intéressant du paysage histoire.

Carte_de_France_à_1_80_[...]Pelet_Jean-Jacques-Germain_btv1b102342114

Carte-entiere-copie

Des articles sur la colonisation de l’Algérie

Dans le cadre du chapitre sur la colonisation, j’ai demandé aux élèves de mes trois quatrièmes de rédiger un article sur la société coloniale algérienne comme s’ils étaient des journalistes venant de France et découvrant les inégalités entre les colons et la population musulmane vers 1910. Comme support, ils avaient un dossier documentaire du manuel.

Capture d_écran 2017-11-21 à 18.16.21
Nous avions vu auparavant la technique de rédaction d’un article (les 5 W, le titre, le chapô, l’écriture en colonne, le choix d’une image). Je demandais à ce que le travail me soit rendu en format numérique, mais je donnais la possibilité de le faire en classe, sur l’un de mes portables que je prête aux élèves.
Voici quelques-uns des travaux qui m’ont été rendus.

Constat : de nombreux élèves ne savent pas utiliser un logiciel de traitement de texte (certains m’ont tapé le texte dans un mail, la plupart ne savent pas qu’il y a un correcteur orthographique intégré…). L’orthographe et la grammaire sont une connaissance très vague pour beaucoup. Enfin, ils ne réfléchissent pas au choix de l’image et prennent la première venue sur Google.

Neom, mégalopole du futur ?

Mardi 24 octobre, le prince héritier d’Arabie saoudite a dévoilé, Neom, son projet d’une mégalopole de 26 000 kilomètres carrés sur les rives de la mer Rouge. Un projet à 500 milliards de dollars qui ambitionne de faire du royaume un « hub » tant géographique que culturel.
Dans la vidéo promotionnelle de cette ville du futur, on voit en effet des femmes vêtues à l’occidentale travaillant à côté d’hommes. Une révolution qui semble répondre aux vœux du prince héritier, qui souhaiterait une nouvelle Arabie saoudite « modérée et ouverte », en rupture avec l’ultraconservatisme religieux qui y règne actuellement.
Neom pourra s’appuyer sur sa situation géographique et de ses ressources naturelles, notamment la possibilité de se fournir en énergie solaire ou éolienne. Cette ville du futur devrait axer son développement autour de neuf secteurs : l’énergie, l’eau, la mobilité, les biotechnologies, l’alimentation, les technologies digitales, les médias, le divertissement et les nouveaux processus manufacturiers.
Dans la mégalopole, l’Internet sans fil à haut débit, considéré comme de « l’air numérique », sera gratuit, de même que l’éducation en ligne « de classe mondiale ». La ville administrée par une « e-gouvernance » offira une environnement parfaitement sécurisé, assurent également les promoteurs du projet. Grâce à l’automatisation des services, « Neom aspire a être la ville la plus sûre, la plus efficace, la plus orientée vers le futur et simplement le meilleur endroit au monde pour vivre et travailler« . Rien que cela !
Cette ville du futur devrait sortir du désert à l’horizon 2025.