Étiquette : Chrétientés et islam, des mondes en contact

26 décembre 537 : consécration de la basilique Sainte Sophie de Constantinople

L’église de Constantinople a été dédiée par Justinien le 26 décembre 537 à la Sainte Sagesse (Hagia Sophia, Sainte Sophie) de Dieu incarnée par le Christ. Pour reconstruire un édifice détruit par un incendie en 532, l’empereur Justinien fit appel à Anthémios de Tralles, architecte et mathématicien, et au géomètre Isidore de Milet.
Leur projet était centré sur une vaste coupole (32 mètres de diamètre) reposant sur des arcs et épaulée par des demi-coupoles. Les matériaux étaient des marbres colorés provenant de Grèce, d’Égypte et de diverses carrières d’Asie Mineure.
À la suite de tremblements de terre en 557, la coupole s’effondra et Isidore de Milet fut chargé de sa reconstruction, achevée en 563, à la fin du règne de Justinien.
Le décor de Sainte-Sophie fut constamment enrichi, notamment de peintures et de mosaïques sur les parois et sur les voûtes tout au long de l’Empire byzantin.

Echange de lettres entre Charlemagne et Harun Al Rashid

Dans le cadre du première thème d’histoire de cinquième, les élèves ont rédigé en groupe deux lettres. A la demande d’un collègue, voici les textes.  La première lettre, rédigée par Eginhard, devait expliquer les différences entre le christianisme de Charlemagne et celui des Byzantins au Calife de Bagdad. La seconde, rédigé par le vizir du Calife, devait expliquer la religion musulmane à l’Empereur d’Occident. Pour les rédiger, les élèves ont étudié les documents du manuel. J’ai imposé la formule de salutation et la signature.

Au calife de Bagdad, salutations.
L’empereur Charlemagne veut vous faire connaître notre religion. Nous les chrétiens catholiques, nous croyons en Dieu et en son fils Jésus. Nous suivons les ordres du pape qui siège à Rome et qui définit les règles de notre Eglise. Le pape est choisi par les cardinaux. C’est lui qui a demandé à l’Empereur de propager notre religion, par le fer si besoin. Nous pratiquons notre religion dans des églises lors de messes en latin et notre livre sacré, la Bible, est écrite en latin. Les prêtres de notre religion doivent rester célibataire.
Les chrétiens de Byzance, qui se trompent, n’obéissent pas au pape. Ils suivent un Patriarche nommé par l’empereur d’Orient. Ils pratique leur religion dans la langue grecque et leurs prêtres peuvent se marier et avoir des enfants !
Eginhard, secrétaire de l’Empereur

A l’empereur Charles, salutations.
Mon maître le Calife est l’héritier de notre prophète Mahomet. Il est le protecteur de l’Islam, notre religion, et celui qui doit nous mener au combat contre les infidèles. Nous croyons en un seul dieu, Allah.
Sa parole est écrite dans le Coran, livre sacré reçu par Mahomet de l’ange Gabriel. Nous devons respecter cinq règles : la profession de foi, l’aumône, le pèlerinage à La Mecque, la ville sainte, le jeûne du Ramadan et prier cinq fois par jour à la mosquée.
Yahyâ ben Khâlid, vizir du Calife

La Normandie au XIIe siècle

capture-decran-2016-10-04-a-20-35-30capture-decran-2016-10-04-a-20-35-06

Cette carte de la Normandie est tirée du Livre de Roger, un atlas qui décrit de manière très codifiée les pays, leurs villes principales, leurs routes et leurs frontières, les mers, les fleuves et les montagnes au XIIe siècle. Le géographe arabe Al-Idrîsî commente ces cartes en suivant des itinéraires, comme un véritable guide. Il livre des informations de toute nature, géographiques bien sûr, mais également économiques et commerciales, historiques et religieuses. Outre la compilation des connaissances déjà pratiquées par ses prédécesseurs, al-Idrîsî s’est doté d’une méthode pour compléter et vérifier ses informations.
Si le livre commandé par le roi Roger II de Sicile a connu un grand succès dans le monde musulman, en Occident, il fut imprimé pour la première fois en caractères arabes à Rome en 1592 puis partiellement traduit et publié en latin en 1619. Il tomba ensuite dans l’oubli et il fallut attendre le XIXe siècle pour connaître une traduction française complète du livre.
Les cartes d’Al- Idrisi adoptait déjà un langage cartographique rigoureux : les noms des pays et des régions sont tracés en rouge. La mer est de couleur bleue avec un filet ondulé blanc, les lacs d’eau douce et les fleuves sont en vert, très rarement en bleu. Les montagnes sont représentées avec de nombreuses nuances, allant de l’ocre au violet, mais toujours avec la même forme. Les villes sont signalées par des rosettes rehaussées d’or.
La précision des données concernant la Normandie peut s’expliquer par le fait que Roger II était d’origine normande. Au début du XIe siècle, des chevaliers venus de Normandie arrivèrent en Italie. D’abord mercenaires, ils imposèrent leur domination dans le Sud. Roger de Hauteville enleva la Sicile aux Arabes entre 1061 et 1091. Fait comte de Sicile, il administra un vaste empire maritime depuis Palerme. Son fils Roger II lui succéda en 1101 et devint le premier roi de Sicile. Sous son règne, l’île a connu une période de grande prospérité économique et culturelle. Face à une population majoritairement musulmane mais qui compte aussi de nombreux juifs et chrétiens orthodoxes, les rois normands jouèrent le rôle d’arbitre et mirent en place un système politique original mêlant des apports divers et prônant la tolérance.

Pour en savoir plus sur l’atlas d’Al-Idrisi, suivez ce lien.

Une bande dessinée pour les cinquièmes ?

couv_195456

Inscrite dans un cadre historique peu connu, celui de la fin de la présence arabo -musulmane sur le sol de ce qui n’est pas encore la France, la bande dessinée Sarrasins ! propose une interprétation romanesque du déclenchement de la guerre de 973. Pendant plus de deux cents ans, la population chrétienne a subi les exactions musulmanes en Provence, en grande partie à cause des luttes féodales entre seigneurs. Mais suite à l’attaque de Mayeul, abbé de Cluny, le comte Guillaume entama une lutte contre les pirates Maures pour les refouler à la mer. Au récit de cet événement historique, le scénariste a ajouté l’histoire d’un homme pris entre deux civilisations qui donne tout son intérêt à l’histoire racontée.

Je ne suis pas sûr que le récit soit accessible à des élèves de cinquième, mais il va tout de même trouver sa place dans la bibliothèque de classe d’ici peu.

Les revues de septembre pour la bibliothèque de classe

Dans le numéro d’Histoire Junior, on trouve un dossier sur les croisades, utile aux cinquièmes pour le thème en cour.
Il y a également un article sur la bataille de Verdun pour les troisièmes et un autre sur Diderot & D’Alembert, pères de l’Encyclopédie pour le prochain thème d’histoire en quatrième.

De son côté Arkéo propose un voyage mythique à travers la Méditerranée avec Ulysse, le célèbre héros d’Homère. On pourra (re)découvrir les innombrables épreuves que les dieux lui ont réservées au cours de ce périple qui porte le nom d’Odyssée.
Un article permet de faire connaissance avec Clovis, le roi des Francs. Un autre présente une expérience que certains ont déjà tenté au Parc de la Préhistoire de Tarsacon-sur-Ariège : vivre comme au temps de Cro-Magnon. Cette immersion totale les a fait se vêtir, manger et dormir comme nos lointains ancêtres, il y a 14 000 ans !
Enfin, lors de la construction du Mémorial des Civils dans la Guerre qui vient d’ouvrir ses portes à Falaise, dans le Calvados, les archéologues ont découvert les vestiges d’une maison détruite par un bombardement en 1944. Ce qu’il en reste nous donne une foule d’informations sur la vie quotidienne à cette époque.

Entrée dans l’histoire par des personnages

C’est possible pour le premier thème d’histoire de cinquièmes : « chrétientés et islam, des mondes en contact ».

2112909

On peut faire étudier le trio : Irène (797-802) (l’impératrice de l’empire romain d’orient), Harun Al Rashid (786-809) (le calife abbasside) et Charlemagne (768 – 814) (le roi des francs puis empereur d’occident).
L’impératrice Irène mena une politique de rapprochement avec Charlemagne sous la forme de deux projets de mariage (entre son fils et une fille de Charlemagne puis entre elle-même et Charlemagne) mais elle s’opposa aussi à lui dans sa volonté de conquête de l’Italie.
Charlemagne combattit les musulmans dans le sud de la France et en Espagne mais chercha à se rapprocher du calife abbasside en lui envoyant une ambassade et en recevant une de lui.

191721
L’ambassade d’Harun al – Rashid auprès de Charlemagne, Jacob Jordaens, XVIIe siècle

Harun Al Rashid, menacé par la division de son empire, accentua le djihad contre les byzantins afin de gagner la faveur des musulmans, qui considéraient la lutte contre les infidèles comme un des devoirs les plus importants du calife.

L’histoire de ces trois personnages permet de montrer la complexité des relations entre les trois empires de cette époque et peut permettre d’aborder des documentes patrimoniaux comme Les Mille et une nuits et La chanson de Roland ou la querelle des icônes selon le temps où le niveau des élèves.