Alan Parker (1944 – 2020)

Le réalisateur britannique Alan Parker est mort ce vendredi 31 juillet. Il fut notamment l’auteur des films Midnight Express (1978), Pink Floyd : The Wall (1982), Birdy (1984) Angel Heart (1987) et Mississippi Burning (1988).
Dans Midnight Express, Alan Parker avait adapté, sur un scénario d’Oliver Stone, le récit autobiographique d’un Américain arrêté en 1970 avec plusieurs kilos de haschisch à l’aéroport d’Istanbul et condamné à trente ans de prison avant de réussir à s’évader. Cette peinture sombre de l’univers carcéral et de ses injustices, avait été récompensée par deux Oscars en 1979. Jugé hostile, Midnight Express a été interdit en Turquie jusqu’en 1993.
The Wall, construit sur le double album conceptuel du groupe anglais Pink Floyd, raconte la folie d’une star du rock. Les scènes du passé de Pink, tournées avec des acteurs, alternent avec des dessins animés réalisés par Gerald Scarfe. Le film oscille ainsi entre les souvenirs d’enfance idéalisés malgré l’absence du père, le sentiment de la profonde médiocrité du monde des adultes, et la fuite en avant dans le rock, le sexe, la violence et la drogue.
Dans Birdy, deux amis d’enfance reviennent traumatisés de la guerre du Viêt Nam : Birdy entame un long séjour à l’hôpital et ne sort plus de son mutisme. Prostré, isolé, il passe des heures à fixer le ciel et à rêver de pouvoir voler comme un oiseau. Son ami Al, gravement blessé au visage lors des combats, décide d’entrer dans son jeu pour l’aider à retrouver ses esprits…
Dans Angel Heart, en 1955, à New York, Louis Cyphren engage un enquêteur privé de seconde zone, Harold S. Angel, pour retrouver Jonathan Liebling, un crooner surnommé professionnellement « Johnny Favorite », au succès duquel Cyphre avait contribué. Le contrat alors signé entre Cyphre et Favorite comportant certaines clauses qui devenaient exécutoires à la mort du crooner, Cyphre souhaite savoir si ce dernier est vivant. Le film est adapté du roman Falling Angel de William Hjortsberg. Dans l’écriture du scénario, Alan Parker fit cependant le choix d’un univers plus sombre pour créer, avec d’autres codes du film noir, un thriller très bien mené.
Mississippi Burning relate des faits qui eurent lieu en juin 1964 dans l’État du même nom. Trois militants pour les droits civiques furent assassinés par des membres du Klu Klux Klan et des agents du FBI virent enquêter. Le racisme, l’insécurité et la manipulation des foules dans le sud des États-Unis de cette époque y sont rendus avec terrifiante exactitude.

Une réponse sur « Alan Parker (1944 – 2020) »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s