Le Club des Cinq a grandi

 

Mick, François et Annie, toujours suivis par le fidèle chien Dagobert (qui doit être bien vieux…), vivent maintenant en colocation, se déplacent en Uber, s’agacent des joueurs de ukulélé, se détendent avec le jeu vidéo World of Warcraft et découvrent les graines de chia…
Hachette vient de traduire en français trois livres, réécrits dans une version adulte par l’auteur anglais Bruno Vincent, connu dans son pays pour ses livres humoristiques, pour l’éditeur britannique Quercus. La société chargée de l’héritage d’Enid Blyton ayant donné son accord de principe, l’auteur a eu une semaine pour relire tous les volumes de la collection et trois semaines pour rédiger chaque nouveau tome.
« Quatre générations d’enfants ont grandi avec cette collection, donc il fallait que le pastiche reste respectueux. On ne pouvait pas se moquer des personnages, alors j’ai plutôt choisi de tourner en ridicule la vie moderne. (…) Il a fallu écrire vite, mais ce rythme intense a été bénéfique. J’ai conservé la structure, simple, pas de figure de style ni d’envolée lyrique, et la narration, centrée sur l’aventure. Pour garder le format imposé par l’éditeur, pas plus de 15 000 mots, je me suis inspiré du rythme des sitcoms : des histoires courtes qui finissent toujours bien. »

D’après un article du Monde.fr

Je ne suis pas sûr de les lire, mais l’idée est drôle.

 

3 réponses sur « Le Club des Cinq a grandi »

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s