La culture de l’arachide au Sénégal

Culture historique au Sénégal, introduite par les Portugais au XVIe siècle, l’arachide était le premier produit d’exportation du pays dans les années 60 avant de connaître un déclin dans les années 90 à cause des fluctuations du marché, de la dégradation des sols et de la sécheresse.
La culture de l’arachide demeure toutefois importante dans toutes les régions du pays, mais l’essentiel de la production destinée au marché provient de la partie centrale du pays communément appelée bassin arachidier (régions de Louga, Diourbel, Thiès, Kaolack et Fatick ou elle occupe 45 à 60 % des terres cultivées) et d’une partie de la Haute et Moyenne Casamance.
Lors de la campagne agricole 2017-2018, le Sénégal a enregistré une production record de 1,4 million de tonnes d’arachides. Cette culture occupe près de 70% des actifs dans le monde rural, avec 480 000 ménages cultivant l’arachide selon la Banque mondiale.
La plante occupe une place importante dans le régime alimentaire des familles et ses sous-produits sont utilisés pour l’alimentation du bétail.
L’arachide est aujourd’hui le quatrième produit d’exportation du Sénégal, rapportant chaque année au pays entre 20 et 70 milliards de francs CFA. Pour soutenir les ventes, le gouvernement a suspendu la taxe imposée aux exportations.
La Chine est le principal acheteur de l’arachide sénégalaise mais le gouvernement voudrait développer la transformation de l’arachide sur place.

D’après un article de Jeune Afrique et ce site

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s