Le Venezuela s’enfonce encore plus dans la dictature

Les chiffres de la participation au scrutin de dimanche pour l’élection de l’assemblée constituante au Venezuela, revendiqués par le gouvernement, seraient largement surestimés (au moins un million de voix) selon la société SmartMatic, chargée des opérations de vote. Selon les autorités, 8,1 millions d’électeurs auraient en effet participé au scrutin, malgré les manifestations (qui ont fait plus de 120 morts depuis le mois d’avril et 10 le jour même du scrutin) et l’appel boycott de l’élection par l’opposition. Le président a obligé les employés des ministères, des administrations et des entreprises de l’État à participer au vote sous peine de licenciement. Il a aussi utilisé le « carnet de la patrie », qui recense les bénéficiaires de programmes sociaux, pour les obliger à se rendre au bureau de vote. Des diplomates occidentaux au Venezuela estimaient que le gouvernement pouvait ainsi compter sur 3 à 4 millions d’électeurs.
Capture d_écran 2017-08-02 à 19.20.52

De nombreux pays ont condamné le gouvernement pour sa politique de répression brutale des manifestations et pour la tenue de cette élection qui a pour but de modifier la constitution du pays dans des proportions laissées très floues pour le moment. Les États-Unis ont même qualifié officiellement le président Maduro de dictateur. L’Union européenne a déclaré ne pas reconnaître la légitimité de cette élection et voudrait agir pour pousser les autorités du Venezuela à discuter d’une sortie de crise avec l’opposition.
En revanche, Cuba, la Bolivie, le Salvador, le Nicaragua et la Russie ont apporté leur soutien au président vénézuélien.
En France, le président Maduro est visiblement soutenu par le Parti communiste et celui de monsieur Mélenchon, à l’aide d’une rhétorique digne de l’époque de la guerre froide.
Un peu avant cette élection, l’opposition avait organisé un référendum, sans moyens et sans l’appui des autorités électorales, auquel plus de 7,5 millions de Vénézuéliens auraient participé pour exprimer leur rejet de la Constituante et du pouvoir.
L’opposition au président Maduro est majoritaire au Parlement mais la Cour suprême, soumise à l’exécutif, déclare nulles et non avenues toutes les décisions des parlementaires. L’Assemblée constituante élue ce dimanche aura les pleins pouvoirs et pourra se débarrasser du Parlement. La rédaction de la nouvelle constitution a été confié à 5 personnes :
– l’avocate Cilia Flores qui n’est autre que l’actuelle femme du président Maduro ;
– Iris Varela, avocate, a été députée à plusieurs reprises. Ministre des Affaires pénitentiaires jusqu’en juin, elle a été plongée dans une polémique autour de décès de prisonniers par manque de nourriture et de médicaments ;
– avocate également, l’ancienne chef de la diplomatie Delcy Rodriguez est à l’origine du retrait du Venezuela de l’OEA (Organisation des États Américains) en avril dernier.
– l’ancien député et président de l’Assemblée nationale Diosdado Cabello est le vice-président du Parti Socialiste Uni du Venezuela, parti au pouvoir.
– et enfin l’ancien vice-président Aristobulo Isturiz.

D’après deux article du Monde.fr (ici et )

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s