Le retour des routes de la soie montre la puissance de la Chine

YcKECzirCXez8ZXbgxKoSPvqwVMH7yYLJ47qFzpFDA0
Les nouvelles routes de la soie

Xi Jinping, le président chinois, veut créer depuis 2013, une nouvelle route de la soie. Invoquant le légendaire réseau de chemins qui reliait la Chine au reste de l’Asie débouchant sur la Méditerranée, Xi Jinping, a invité 64 pays à contribuer à un vaste projet de constructions d’axes routiers, de voies ferrées, de ports et aéroports qui connecteront la Chine à l’Asie, au Moyen-Orient, à l’Afrique, à l’Europe et même à des pays latino-américains comme l’Argentine ou le Chili. Avec la Chine, ces 64 pays représentent 60% de l’humanité et, ensemble, ils pèsent un tiers du PIB mondial.
En 2014, un train de fret est parti de la ville de Yiwu dans l’est de la Chine pour rejoindre Madrid 21 jours plus tard en passant par l’Asie centrale, ce qui en fait la ligne de chemin de fer la plus longue en service (13 000 kilomètres). La ville de départ est une place de marché où se négocient de nombreuses marchandises de petite taille produites dans les usines chinoises.
Début mars 2015, le Premier ministre chinois Li Keqiang a annoncé la création de la «Silk Road Company Ltd», le fonds d’investissement privé qui portera le projet à hauteur de 40 milliards de dollars.
L’expédition de marchandises par la mer est certes bien moins chère que le fret, mais à mesure que les usines chinoises se déplacent dans les terres, le temps du voyage en bateau s’est allongé pour approcher les 60 jours: une éternité pour expédier le dernier iPad, alors que l’acheminement par rail prendra deux semaines.
Ce projet répond également à une demande croissante des Chinois pour les produits de luxe européens, qui pourront être expédiés au retour.
«Pour la Chine, il s’agit d’un plan stratégique qui vise à réorienter sa géopolitique vers l’intérieur du continent, notamment vers l’Asie centrale et l’Europe, plutôt que vers l’Est et sa côte Pacifique. C’est aussi un projet pour contrecarrer les influences russe et américaine dans la région. C’est en quelque sorte une nouvelle diplomatie chinoise, qu’on peut qualifier de “réalisme institutionnel”, et qui consiste à bâtir de nouvelles infrastructures à l’étranger pour influencer les politiques mondiales», a expliqué le directeur du Global Studies Program, interrogé à l’université chinoise de Hong Kong.
En effet, plus ou moins avoué, l’un des objectifs de ce tracé est de réintégrer l’Afghanistan, le Pakistan, l’Irak, l’Asie centrale –et à terme l’Iran– dans l’économie marchande globale en y reconstruisant d’innombrables infrastructures, défectueuses depuis des années de tensions. En clair, réussir avec l’économie là où les Américains ont échoué avec le militaire.

640px-Transasia_trade_routes_1stC_CE_gr2
Les routes de la soie historique

Historiquement, La route de la soie devait être imaginée au pluriel, car il y en a eu plusieurs. Il s’agissait des différents chemins empruntés par les commerçants pour faire transiter les marchandises de l’Asie vers l’Europe, et ce depuis l’Antiquité. Avec ses caravanes d’épices, de tapis perses, de pierres précieuses, de tissus – et d’abord de soie –, l’itinéraire a été emprunté par les Romains comme par les Ottomans, par les Arabes et les Indiens.
Avec près de 6 500 kilomètres, la route partait de l’est de la Chine (pays qu’elle traversait sur près de 4000 kilomètres), avant de bifurquer vers des pays qui s’appellent aujourd’hui l’Inde, ou le Pakistan, l’Afghanistan, l’Iran, l’Irak, la Syrie, pour rejoindre la Méditerranée.

One thought on “Le retour des routes de la soie montre la puissance de la Chine”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s