Sans surprise…

La réforme du « collège 2016 » n’aura pas fait long feu. A peine une année scolaire après sa mise en œuvre, voilà un projet d’arrêté qui peut permettre aux établissements de la détricoter. Le texte sera présenté aux organisations syndicales mardi 6 juin, en vue d’une application dès la rentrée prochaine.
Le projet d’arrêté élargit l’éventail des options facultatives que les collèges peuvent proposer aux élèves dans le cadre de leur marge d’autonomie.
Dans le champ des possibles, on retrouve la promesse d’une option latin renforcée : les collèges pourraient l’organiser à raison de trois heures par semaine maximum en 4e et 3e – contre deux heures aujourd’hui.
On retrouve également le rétablissement des classes bilangues : apprendre une deuxième langue étrangère dès la 6e serait possible « dans la limite de deux heures hebdomadaires ». Enfin, si le texte n’évoque par le retour des classes européennes à proprement parler, il autorise l’instauration d’une langue vivante renforcée à partir de la 5e (deux heures en plus).
Les établissements pourront en outre supprimer les enseignements interdisciplinaires (EPI) et ne proposer que de l’accompagnement personnalisé, qui sembler se maintenir pour le moment (il faut dire qu’il se fait sur les heures d’enseignement, le supprimer ne permettrait pas de faire des économies de moyens…).
Les collèges décideront de l’emploi de trois heures par semaine, par niveau, afin de favoriser le travail en groupe à effectifs réduits, les interventions conjointes de plusieurs enseignants ou proposer des enseignements facultatifs. J’imagine que nous allons apprendre rapidement que l’évaluation des compétences du socle commun (des compétences tout court ?) va être abandonnée pour l’obtention du brevet. Il semblerait de toute façon que le ministère ait donné pour consigne de répartir les points en fonction de la moyenne dès cette année… Gigantesque mascarade !

Je ne m’attendais pas à grand chose du nouveau gouvernement dans le domaine de l’éducation et cela se confirme. On revient tout simplement en arrière, avant même d’avoir pu évaluer l’efficacité (ou non) du nouveau dispositif. Une longue habitude dans l’éducation nationale ! Mais il ne faut pas désespérer les enseignants, très rétif aux changement…. Les collègues qui, comme moi, ont participé aux formations des enseignants sur la réforme et qui se sont souvent fait malmener par leurs collègues, vont apprécier de voir que cela aura été en vain !

Cette hypocrisie et ce mépris de l’institution pour les professeurs mais aussi les élèves me conforte  dans mon choix d’avoir refusé de passer le CAFFA (Certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique ) pour devenir formateur.

2 thoughts on “Sans surprise…”

  1. L’éducation nationale n’a jamais évalué ce qui marchait ou pas .Ce n’est pas nouveau.Le feed-back, elle ne connait pas.Et les enseignants n’ont pas la parole pour témoigner de ce qui fonctionne ou pas.Il ne faut pas confondre l’autonomie des établissements (dangereuse) avec l’autonomie pédagogique des enseignants (très difficile en réalité)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s