« le besoin d’être conduits et l’envie de rester libres« 

Je suis en train de lire, petit petit,  La France Républicaine de Michel Winock, un recueil d’articles sur l’histoire politique de la France entre le XIXe et le XXIe siècle. Il donne une citation de Tocqueville (De la démocratie en Amérique, chapitre « Despotisme à craindre ») dans un article intitulé « La démocratie » :
« Nous contemporains sont incessamment travaillés, dit-il, par deux passions ennemies : ils sentent le besoin d’être conduits et l’envie de rester libres. Ne pouvant détruire ni l’un ni l’autre de ces instincts contraires, ils s’efforcent de les satisfaire à la fois tous les deux. Ils imaginent un pouvoir unique, tutélaire, tout-puissant, mais élu par les citoyens. Ils combinent la centralisation et le souveraineté du peuple. Cela leur donne quelques relâche. Ils se consolent d’être en tutelle, en songeant qu’ils ont eux-mêmes choisi leurs tuteurs. Chaque individu souffre qu’on l’attache, parce qu’il voit que ce n’est pas un homme, ni une classe, mais le peuple lui-même, qui tient le bout de la chaîne.« 

Cette pensée du XIXe siècle me semble tout à fait encore correspondre aux citoyens français du XXIe siècle.

One thought on “« <em>le besoin d’être conduits et l’envie de rester libres</em>« ”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s