Conflit entre deux oeuvres d’art

5110884_6_83d7_2017-03-26-2ba5e84-06448d2e5b424bdbb60dab72eddc1_9a02d54fd7325a886cd95ebf300f1e96

La statue du « Charging Bull » trônait seule, depuis 1989, au cœur de Bowling Green Park, à quelques mètres de la Bourse de Wall Street, à New York.
Mais depuis le 7 mars dernier, une petite fille lui tient compagnie. Baptisée « Fearless Girl », la silhouette, les mains sur les hanches et la tête haute, adopte nettement une attitude de défi par rapport à l’animal. Cette « Fearless » Girl a été installée pour interpeller les passants et réclamer la présence de plus d’administratrices dans les conseils des grandes entreprises, à la veille de la Journée internationale des droits des femmes.
Mais le sculpteur Arturo Di Modica, créateur de la première statue, a déclaré lors d’une conférence de presse à Manhattan, que cette statue violait ses droits en changeant le sens et le contexte de la statue de son taureau.
Le sculpteur a expliqué que son œuvre était censée symboliser « la liberté, la paix dans le monde, la puissance, le pouvoir et l’amour » (?). Mais l’installation de la statue représentant la fillette lui faisant face a transformé le taureau en un message de menace et de peur. Il a été transformé en une force négative, en une menace dans un choix délibéré. La deuxième oeuvre exploite et s’approprie donc Charging Bull, sans l’accord de l’artiste.
Le sculpteur réclame donc à la ville de New York le déplacement de la seconde statue.

D’après un article du Monde.fr

Une réponse sur « Conflit entre deux oeuvres d’art »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s