Le Liban en difficulté à cause des réfugiés syriens

Le chef du gouvernement du Liban a récemment déclaré que son pays, qui accueille le plus de réfugiés syriens par habitant au monde (1,5 million sur une population de 4,5 millions) approche du point de rupture. Rappelons que l’ONU vient d’annoncer que 5 millions de Syriens avaient fui leur pays depuis le début du conflit.
Selon lui, le pays qui se relevait à peine de quinze années de guerre civile entre 1975 et 1990, a perdu 7 points de PIB entre 2011 et 2016. Citant des chiffres de la Banque mondiale, les autorités locales estiment qu’en raison de la présence des réfugiés, qui acceptent des salaires très bas, entre 250 000 et 300 000 Libanais ont perdu leur emploi depuis 2011, et que le taux de chômage a été multiplié par deux, se situant maintenant à 20 %.
Le premier ministre libanais a exhorté la communauté internationale à redoubler ses efforts en faveur du Liban, en finançant un vaste plan d’investissement, centré sur les infrastructures et le système éducatif.
Conscients de ce problème, les principaux donateurs internationaux, notamment l’Union européenne, les Etats-Unis et les Nations unies, ont pourtant déjà apporté ces dernières années des centaines de millions d’euros, dans le but d’atténuer la pression exercée par les réfugiés sur le marché du travail et les réseaux de distribution de services (eau, électricité, éducation, etc.). Cependant, en juillet 2016, selon un rapport de Human Rights Watch, la moitié des 500 000 Syriens, agés de 3 à 18 ans, présents sur le sol libanais, n’étaient pas scolarisés.
Mais le premier ministre libanais veut plus, d’où son ton, qui a pu évoquer, à certains moments la rhétorique menaçante du président de la Turquie, d’où sont partis la plupart des centaines de milliers de réfugiés arrivés en Europe durant l’été 2015 : « Nous ne voulons pas en arriver au point où nous serions obligés de faire ce que d’autres pays ont fait, ouvrir les frontières et laisser les gens fuir vers l’Europe ».
Partant du principe réaliste que les réfugiés syriens ne rentreront pas dans leurs pays avant que celui-ci ne soit stabilisé – une perspective encore lointaine –, le gouvernement libanais a élaboré un programme d’investissement sur cinq ans, chiffré à 10 milliards de dollars. Objectif : réhabiliter les infrastructures libanaises, en piteux état, et généraliser la prise en charge éducative des jeunes Syriens, à travers l’enseignement primaire, technique, professionnel, ou universitaire.

D’après un article du Monde.fr

One thought on “Le Liban en difficulté à cause des réfugiés syriens”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s