Les jeunes et l’élection présidentielle

Selon une étude IFOP pour l’Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes, l’abstention s’élèverait à 52 % chez les 18-25 ans (le taux d’abstention des jeunes était d’environ 30 % en 2012), et parmi les sondés (échantillon de 1 203 personnes interrogées par questionnaire en ligne) qui prévoient de voter, le vote FN est celui qui rassemble le plus.
La campagne présidentielle mobilise peu les 18-25 ans. Parmi les primo-votants, seulement 87 % déclarent être inscrits sur les listes électorales. Cinq années plus tôt, lors de la campagne de 2012, ils étaient 95 %.
Moins nombreux en mesure de voter, ils sont également moins nombreux à avoir l’intention de le faire : l’indice de participation, qui mesure la probabilité de voter à l’élection, qui est de 71 % pour l’ensemble des Français, tombe donc à 52 % chez les 18-25 ans, et même 50 % pour les primo votants. 56 % des jeunes sondés déclarent toutefois « s’intéresser » à la campagne.
Pourquoi si peu d’entrain pour ce scrutin ? « Parce qu’aucun candidat ne défend ou ne représente mes idées » est la réponse la plus citée (29 %).
Depuis 2012, une proportion grandissante de jeunes sont convaincus que les élections ne changeront rien, ni au fonctionnement de la société, ni pour eux-mêmes.
Pour qui voteront les jeunes qui envisagent de se rendre aux urnes ? Marine Le Pen arrive en tête avec 29 % des intentions de vote (contre 26,5 % pour l’ensemble des Français). C’est Emmanuel Macron, avec un score de 28 %, qui talonne la candidate du Front National dans les intentions de vote des moins de 25 ans. Ces deux candidats devancent largement chez les jeunes le socialiste Benoît Hamon (15 %) ou Jean-Luc Mélenchon (14,5 %). Quant au candidat Les Républicains, François Fillon, il décroche encore plus sévèrement que dans l’ensemble de la population. Alors que celle-ci le place en troisième position avec 19 % d’intentions de vote, les jeunes le renvoient au 5e rang, seulement 11 % souhaitant lui accorder leurs suffrages.
Les thèmes déterminants, mis en avant par les jeunes pour justifier leur vote, sont d’abord l’emploi, puis le pouvoir d’achat, le coût de la vie et l’éducation c’est-à-dire des thématiques plutôt transgénérationnelles. A l’inverse, plusieurs mesures fortes proposées par des candidats à l’intention de la jeunesse rencontrent peu d’échos. Par exemple, l’élargissement du droit de vote aux mineurs de plus de 16 ans prôné par Jean-Luc Mélenchon et François Fillon, rencontre 71 % d’opinions défavorables. La légalisation de la consommation du cannabis qui figure dans le programme de Benoît Hamon et celui de Jean-Luc Mélenchon, n’est également pas jugée souhaitable à 52 %. Quant à l’instauration d’un revenu universel pour les plus de 18 ans, il n’obtient qu’une toute petite majorité d’opinions favorables (52 %).
En revanche, les moins de 25 ans plébiscitent la mise en place d’une protection aux frontières pour lutter contre la concurrence des pays à bas coûts de main-d’œuvre (73 %), l’instauration du service civique obligatoire (64 %) et la prorogation de l’état d’urgence. Ce que réclament les jeunes au futur chef de l’Etat, semble être d’abord la protection.

D’après un article du Monde.fr

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s