User et abuser de l’histoire

caricature
Dessin d’Aurel modifié par moi pour le texte. C’est pourquoi j’ai ôté sa signature. Le vrai dessin est ici

Le candidat Fillon n’hésite pas à invoquer les grandes figures de l’histoire de France, célèbres ou anonymes, réelles ou imaginaires, à son secours.
Lors de son discours au Trocadéro, il en a appelé aux sans culottes et à Gavroche par exemple, figure plutôt de gauche que les hommes politiques de droite évitent le plus souvent. Plus classique, les allusion aux résistants durant la Seconde guerre mondiale et la référence obligée à de Gaulle dont se réclame soi-disant le candidat Fillon :
« Vous êtes la France qui vient de loin, héritiers d’un passé toujours présent.
La France des paysans, la France des cathédrales, des châteaux et des sans culottes, la France qui a brillé et qui continue de briller dans les arts, les sciences et les technologies, la France qui oppose aux terroristes et aux tyrans sa force morale et militaire.
Vous êtes la République, qui fait de chacun de nous le compagnon de l’autre.
La République est née de siècles de combat pour faire triompher l’intérêt général.
Elle est une révolte face aux facilités, face aux échecs.
Elle n’est que mouvement. Si elle tombe, elle se relève telle Gavroche sur sa barricade.
Elle se relève toujours et c’est la faute à Voltaire, à Rousseau, c’est aussi pour nous la faute à Victor Hugo, à Clémenceau, aux héros de 20 ans de la Résistance.
 » Vivre, c’est ne pas se résigner ! « , écrivait Camus.
Sans cesse dans son histoire, la France a cru au mouvement.
Jamais elle n’a fait bon ménage avec le statu quo et les arrangements à la petite semaine, ce que le Général de Gaulle qualifiait en son temps de  » petite soupe sur son petit feu, dans sa petite marmite « .
Aujourd’hui, à Orléans, qui François Fillon a-t-il pu appeler à son secours ? Jeanne d’Arc évidemment, figure historique difficile, récupérée officiellement par l’extrême – droite depuis le régime de Vichy (mais déjà par les royalistes sous la IIIe République) :
« 
A Orléans, le mot soumission, cela fait des siècles qu’on l’ignore ! Moi non plus, je ne me soumets pas !« 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s