Des bandes dessinées sur la Seconde guerre mondiale

album-cover-large-14283

Avec l’une de mes classes de 3e, nous travaillons sur la bande dessinée Vivre libre ou mourir ! pour comprendre ce que fut la résistance dans la France occupée. Certains m’ont demandé d’autres titres de bandes dessinées sur la guerre. En voici une sélection.

A l’ombre du convoi est une bande dessinée en deux volumes dans laquelle les destins de plusieurs personnages d’origine allemande et belge s’entrecroisent entre 1914 et 1943. C’est une histoire intéressante servit par un dessin de qualité et adaptée d’une histoire vraie.
Le groom vert de gris raconte les aventures de Spirou et Fantasio dans la Belgique occupée par les Allemands.

910x1rhmgol

Irène Némirovsky est née en 1903 à Kiev. Fille d’un banquier juif d’Ukraine, elle a seize ans quand elle s’installa à Paris avec sa famille. Dix ans plus tard, son second roman David Golder la porta au premier plan de la scène littéraire française. La dizaine de livres et les nouvelles qu’elle produisit lors de la décennie suivante soulèvent l’admiration et la polémique, tant le portrait qu’elle y traçait d’un monde en route vers sa destruction était lucide et cruel.
L’Occupation et les lois antijuives de Vichy mirent un terme à cette carrière brillante. Irène fut interdite de publication, réduite à vendre ses textes sous pseudonyme aux journaux qui en voulaient encore. Repliée dans le village bourguignon d’lssy-l’Évêque avec son mari et leurs deux filles, elle entreprit alors de raconter la guerre en temps réel et en cinq volumes pris sur le vif.
Deux romans rédigés d’une écriture minuscule dans un cahier relié de cuir, Tempête en juin et Dolce, sont nés de ce projet interrompu brutalement par son arrestation par la gendarmerie française le 13 juillet 1942. Elle fut déportée à Auschwitz où elle mourut, sans doute du typhus, un mois plus tard. Dans cette adaptation graphique intitulée Tempête en juin,  Emmanuel Moynot s’intéresse au début de la guerre en France.

Dans Les enfants de la résistance, trois enfants refusent de se soumettre à l’ennemi qui occupe leur village. Mais comment s’opposer à un si puissant adversaire quand on n’a que treize ans ? Chaque tome de la bande dessinée (le 3e paraîtra en février) se termine par un cahier historique pour éclairer ce qui se passe.

Dans Moi, René Tardi, prisonnier de guerre – Stalag IIB, Jacques Tardi transpose en bande dessinée les carnets de son père, rédigés sur des cahiers d’écolier, dans lequel il a tenu la chronique de sa jeunesse, en grande partie centrée sur ses années de guerre et de captivité en Allemagne.

auschwitz-page-00-1280x768

Auschwitz de pascal Croci fut la première bande dessinée réaliste sur le thème de l’extermination, parue en 2000. L’auteur s’est directement inspiré des témoignages des survivants du camp d’Auswitz-Birkenau pour raconter le quotidien du camp.

Pour le 70ème anniversaire du débarquement en Normandie, les éditions Glénat ont proposé de raconter l’Opération Overlord à travers cinq albums indépendants, centrés chacun sur un objectif stratégique précis de cette opération militaire historique. Mais cette série raconte les évènements à hauteur d’homme, en suivant le destin de cinq soldats venus libérer l’Europe.

41jsidyjyl

Elle s’appelle Marguerite. Elle travaille à la gare d’Orléans, à accueillir les déportés, de retour d’Allemagne ou de Pologne. Ce n’est pas un hasard si elle y travaille. Son mari est rentré des camps depuis peu. Cette bande dessinée est une adaptation du roman La douleur de Marguerite Duras.

fils-hitler-page-00a

Pour terminer, un album cruel, grinçant et absurde comme la guerre ! Dickie est un anti-héros moustachu, à tête de Playmobil, créé par Pieter de Poortere qui se balade avec ses gros sabots dans toutes les époques de l’Histoire. Dans Le fils d’Hitler, nous sommes en 1944 et Hitler, en mal de descendance, découvre que le seul fils naturel qu’il ait eu, avec une française, est Dickie ! Recherché par le Führer, qui sent sa chute venir, et par les Alliés qui veulent l’éliminer, la vie de Dickie se complique…
Sous forme de planches sans texte, ou de grandes panoramiques à la Où est Charlie ?, l’auteur nous propose une histoire pleine d’irrévérence et de mauvais goût mais à la base historique solide.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s