L’année 2017 selon l’URSS de 1960

1pzvtpx4gn4

Sergueï Pozdnyakov, un ingénieur de Saint-Pétersbourg spécialisé dans les systèmes militaires de guidage automatique, a déniché une planche de diapositives intitulée «L’année 2017» (B 2017 gody) réalisée en 1960 à Moscou par Diafilm.
Cette œuvre de science-fiction due à V. Stoukova et V. Shevchenko pour le texte et à L. Smekhov pour l’illustration, montre les succès de l’URSS face à un Occident décadent qui a organisé lui-même sa propre perte.
Destinée aux enfants, la planche compte 45 dessins, parfois sous-titrés, dans un graphisme emprunt du réalisme socialiste.

Les diapositives insistent sur l’ambition soviétique de l’époque à maitriser la science au service de «l’homme nouveau» et du système communiste. Une digue géante bloque par exemple les eaux froides de l’Arctique, permettant un réchauffement de la température dans l’Extrême-Orient soviétique. L’atome a une place centrale dans cette vision futuriste. Des trains propulsés à l’énergie nucléaire traversent le Détroit de Bering et des centrales nucléaires volantes contrôlent le climat.

La planche a d’ailleurs pour héros un jeune garçon, Igor, dont le père travaille au service du contrôle du climat. On le voit dans la cuisine familiale donner des instructions à une machine pour qu’elle lui prépare son petit-déjeuner ou parler à sa mère à travers un écran vidéo.

C’est le contrôle du climat qui est le ressort dramatique de la série, avec le père du garçon qui intervient pour contrer la menace de tornades.

xqs6xo8mfva

En juillet 1959 a eu lieu pour six semaines à Moscou une exposition américaine présentant les dernières réalisations de la technique américaine, notamment dans la vie quotidienne. Elle répondait à une exposition soviétique à New York, en juin 1959. L’URSS y avait mis l’accent sur la conquête spatiale où elle était en avance sur les Etats-Unis.

24opedlarge
Nikita Khrouchtchev, alors premier secrétaire du Parti communiste de l’Union soviétique, avait inauguré l’exposition américaine de Moscou en compagnie du vice-président Richard Nixon. Cette rencontre avait donné lieu à ce qui est entré dans l’Histoire comme «la discussion dans la cuisine» : devant une cuisine futuriste américaine, les deux hommes d’Etat avaient débattu du mode de vie dans les deux pays. « Dans sept ans, nous aurons le même niveau de vie que les États-Unis. Nous vous rattraperons et nous vous ferons un petit signe quand nous vous dépasserons« , avait alors affirmé Khrouchtchev.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s