Publicité mensongère ?

Les démissions d’enseignants sont en forte hausse depuis 2012. Les chiffres, présentés dans le rapport budgétaire des sénateurs Jean-Claude Carle et Françoise Férat révèlent, selon ces parlementaires, une progression inquiétante du phénomène auprès des enseignants stagiaires, particulièrement dans le premier degré. Leur taux de démission est ainsi passé de 1% en 2012-2013 à 3,18% en 2015-2016. Cette augmentation des démissions d’enseignants stagiaires est visible aussi dans le second degré, même si elle est moindre : de 1,14 % à 2,48 % depuis 2012.
La tendance n’épargne passons plus les enseignants titulaires. Ils étaient 539 démissionnaires dans le premier degré l’an dernier (contre 299 en 2012-2013) et 641 dans le second degré (contre 416 en 2012-2013). Le nombre global de titulaires démissionnaires a ainsi doublé en sept ans, passant de 638 pour l’année scolaire 2009-2010 à 1180 pour 2015-2016.
Le ministère de l’Education nationale relativise ces chiffres en expliquant que les démissions sont toujours variables d’une année à l’autre (le choix de la comparaison entre 2012, année avec assez peu de démissions, et 2016, année avec plus de démissions, est un non-sens selon le ministère…) mais que sur la masse globale, elles restent extrêmement faibles, de l’ordre de 0,1 %.

D’après un article des Echos.fr

Mon titre fait référence à la campagne publicitaire racoleuse évoquée ici.

3 thoughts on “Publicité mensongère ?”

  1. Bonjour,

    On fait dire ce que l’on veut aux chiffres, la preuve en est avec l’interprétation de ces données par le ministère…

    Par ailleurs, je viens de tomber sur votre Blog, j’ai pu lire quelques uns de vos articles, et je les ai trouvés très intéressants (notamment l’article auquel vous faites référence ici) ! Je pense que vous devez être un très bon « prof » si vous permettez l’expression.

    Petite question : vous semblez adorer votre métier (le blog en est la preuve à mon sens) mais vous semblez frustré par les brides ministérielles, je me trompe ? Je vous pose la question car c’était le cas d’un des mes enseignants en Histoire/Géographie en Première ES, passionné mais frustré…

    Bonne soirée

    Thomas

  2. Bonjour,
    je pense en effet que les réformes amorcées ne vont pas assez loin et qu’il faudrait repenser toute l’école et non y coller des rustines plus ou moins efficaces. Mais en attendant ce jour (que je risque de ne pas voir, étant à mi-parcours), j’essaie de modifier et améliorer mes propres pratiques en tout cas.

    1. Je suis entièrement d’accord avec vous. Je parle en connaissance de cause étant donné que j’ai obtenu mon bac l’année dernière. Je trouve que ce système est à revoir aussi bien sur la forme que sur le fond.
      Il y a un malaise aussi bien chez les enseignants que chez les élèves (nous sommes plusieurs dans mon groupe d’amis à penser que ce système est inadapté et inefficace à l’heure actuelle). Je précise que l’on ne blâme pas les enseignants, mais les « illustres » têtes pensantes travaillant dans les ministères 🙂

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s