Un procès politique en Turquie

La romancière turque Asli Erdogan est jugée à partir de ce jeudi à Istanbul. Elle avait été arrêtée le 16 août pour ses écrits dans un journal d’opposition prokurde Özgür Gündem, comme une vingtaine de journalistes. Le journal avait été fermé quelques heures avant son interpellation pour propagande pro-PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan, classé organisation terroriste par Ankara, Washington et Bruxelles).
Asli Erdogan est accusée de «propagande en faveur d’une organisation terroriste», d’ «appartenance à une organisation terroriste» et d’«incitation au désordre».
L’appartenance à une «organisation terroriste armée» est le chef d’accusation le plus grave, passible d’une peine de prison à vie.
Son dernier roman paru en français chez Actes Sud en 2013, Le Bâtiment de pierre, dénonce la torture et les conditions de détention dans son pays. Le 4 janvier 2017, un recueil de ses articles, Le silence même n’est plus à toi, sortira en France chez Actes Sud, mais pas en Turquie, où certaines de ces chroniques ont été versées au dossier d’accusation.
Le procès a débuté devant la 23e chambre de la cour d’assises du palais de justice de Caglayan. Trop exiguë, la salle d’audience ne pourra accueillir les diplomates européens, les représentants des ONG, les parents et les journalistes désireux de suivre les audiences. Les avocats ont réclamé en vain la mise à disposition d’une salle plus vaste. Le ministère de la justice leur a opposé une fin de non-recevoir.

One thought on “Un procès politique en Turquie”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s