Du côté de la Belgique

Cela fait un moment que je m’intéresse à la façon d’enseigner l’histoire et la géographie en Belgique, et notamment aux manuels qui sont proposés.
L’enseignement secondaire belge se décompose en trois degrés :
le 1er degré – dit degré d’observation (normalement pour les élèves âgés de 12 à 14 ans – maximum 16 ans);
le 2e degré – dit degré d’orientation (normalement pour les élèves âgés de 14 à 16 ans) ;
le 3e degré – dit degré de détermination (normalement pour les élèves âgés de 16 à 18 ans) .
Depuis 1989, l’éducation dans le royaume de Belgique relève des seules compétences des communautés et non du pouvoir fédéral. Horaires et programmes varient donc d’une communauté à l’autre, mais aussi entre les établissements publics et les établissements dits libres. Ainsi, lors de la première année du 1er degré, seule véritable année commune à tous, les élèves flamands ont 1 heure hebdomadaire d’histoire alors que leurs camarades francophones suivent 4 périodes de 50 minutes en Histoire et Géographie. Tout au long du secondaire, les adolescents belges ont toutefois plus ou moins deux heures d’Histoire par semaine.
Cette diversité de situation se manifeste également dans les programmes. Certes, sur les 6 années constituant l’enseignement secondaire, la trame est à peu près partout la même, depuis la Préhistoire en 1e année à l’histoire contemporaine voire immédiate en 6e année. L’approche nationale est très présente, par l’étude diluée de la Belgique depuis 1830 jusqu’au fédéralisme actuel. Le pays est envisagé dans son strict cadre territorial mais aussi replacé dans une histoire plus vaste, avec un intérêt particulier porté à la période coloniale et à la colonisation du Congo.
Dans tous les programmes scolaires, l’accent est mis sur l’acquisition de compétences. Quel que soit le système où se trouve l’élève, priorité est donnée à son implication dans le cours, par le biais de l’histoire-problème ou par celui de l’enquête à mener par lui-même.

« Une réflexion sur les finalités de l’enseignement de l’histoire
La finalité fondamentale du cours d’histoire est d’aider le jeune à se situer dans la société et à la comprendre afin d’y devenir un acteur à part entière.
· Se situer dans la société et la comprendre signifie d’abord s’inscrire dans une culture et une histoire particulières. L’enseignement de l’histoire doit permettre au jeune de prendre conscience de ses racines. Il a une fonction patrimoniale : il doit amener l’élève à la découverte de grands moments-clés de l’histoire des Hommes.
· Se situer dans la société et la comprendre signifie aussi être à même de s’interroger et de mener une enquête : collecter des informations, les classer et les analyser, construire une synthèse et partager le fruit de ses découvertes. L’enseignement de l’histoire doit contribuer à l’acquisition d’une méthode de recherche. Il doit amener l’élève à la maitrise d’une certain nombre de savoirs, de savoir-faire et d’attitudes étroitement articulés, en un mot de compétences.
· Se situer dans la société et la comprendre signifie enfin disposer des connaissances outils indispensables pour décrypter le flot des informations et en percevoir les enjeux. L’enseignement de l’histoire doit contribuer à l’outillage intellectuel des jeunes. Il doit les amener à la maitrise d’un certain nombre de concepts et à leur utilisation dans des situations différentes.

Une réflexion sur la nature des processus de connaissance historique
La démarche de l’historien est d’abord et avant tout une démarche de recherche et de critique de l’information. Adaptée aux besoins et aux capacités des élèves fréquentant l’enseignement secondaire de transition, l’initiation à cette démarche constitue un moyen privilégié de doter progressivement les élèves de compétences liées à la méthodologie de la recherche. Ces compétences les rendront plus aptes à analyser et à comprendre le monde contemporain.
Les phénomènes que l’historien découvre ainsi sont d’abord et avant tout appréhendés dans leur singularité. Contrairement aux sciences exactes ou naturelles, et même à plusieurs sciences humaines, l’histoire ne procède pas par théories. Science de l’unique, du toujours neuf, du jamais réitéré, la recherche historique se défie des théories préalables et se garde bien d’articuler ses résultats sous forme de modèles. S’il en utilise à l’occasion, l’historien se donnera d’abord comme tâche d’en montrer les limites. La mise au jour de ces phénomènes historiques, dont l’historien aura d’abord le souci de montrer le caractère inédit, suppose toutefois la mise en oeuvre d’un certain nombre de concepts sans lesquels il ne saurait y avoir d’ordonnance et donc de compréhension. Empruntés notamment aux autres sciences humaines, plusieurs conservent une pertinence pour une meilleure compréhension du monde contemporain. Ils sont construits et validés sur base de l’observation concrète des faits historiques, tels qu’ils se donnent à voir à travers les sources du passé. Le travail de l’historien consiste ainsi à leur donner une épaisseur
historique, une historicité, qui acclimate l’élève à les mettre en oeuvre dans des contextes toujours différents et aiguise sa capacité à en user dans des situations toujours nouvelles.« 

Vous trouverez ci-dessous les référentiels de compétences terminales du second degré dont est tiré l’extrait ci-dessus :

competences-terminales-et-savoirs-requis-histoire-ressource-605

competences-terminales-et-savoirs-requis-geographie-ressource-1349

Les manuels auxquels je me suis intéressés sont proposés par les éditions Erasme dans les collections Construire l’histoire et Destination (en 5e année, en 4e année, en 3e année). Si je trouve leur allure générale plutôt « vieillotte », leur contenu laisse rêveur le professeur français que je suis… L’approche n’est résolument pas chronologique mais permet d’utiliser l’histoire ou la géographie pour éclairer des problématiques actuelles.

One thought on “Du côté de la Belgique”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s