Une jolie démonstration

L’équipe du magazine d’investigation « Envoyé spécial » a voulu comprendre comment se faisaient le recrutement des professeurs vacataires de l’éducation nationale, c’est-à-dire, pour parler crûment, les personnes a qui l’on demande de « boucher les trous » pour remédier au manque de professeurs titulaires, formés au métier.
J’ai trouvé la démarche du journaliste, qui s’est fait embaucher comme prof de maths,  courageuse et respectueuse des élèves. Les entretiens de recrutement (si on peut vraiment appeler   un entretien de huit minutes ainsi) qu’on lui a fait passé ont par contre montré le manque de professionnalisme des personnes concernées ou au moins le manque de décence  de l’institution qui leur a probablement demandé (ordonné ?) d’agir ainsi.
Ce qui est montré dans le reportage n’est pas une révélation, mais la mise en image rend les choses terribles.
Une chose cependant. Je ne crois personnellement pas que le métier de professeur s’apprenne entièrement. Dans la gestion de la classe, dès sa première heure de cours, le journaliste montre pour moi des dispositions « innées » qui ne s’apprennent pas à l’ESPE. Cela ne suffit évidemment à faire de lui un professeur efficace, mais à l’inverse, le plus chevronné des mathématiciens ou des historiens ne sera pas forcément un bon enseignant s’il ne sait pas comment gérer une trentaine d’adolescents ou d’enfants enfermés dans une pièce durant 55 minutes ou une journée.

One thought on “Une jolie démonstration”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s