Monsieur Sarkozy et la laïcité

L’ancien président Nicolas Sarkozy a choisi de se ranger mercredi 5 octobre à Montauban du côté du pape François, qui a créé la polémique en déplorant la présence de la théorie du genre dans les manuels scolaires en France, et a critiqué ainsi la ministre de l’Éducation Najat Vallaud Belkacem :
« Peut-on refuser le relativisme et affirmer que la parole du pape n’est pas de même nature que celle des idéologues de la théorie du genre ? Mme Najat Vallaud Belkacem aurait mieux fait de se taire, elle nous fait honte« , a-t-il lancé sous les acclamations de la foule réunie dans une salle des fêtes…
C’est pourtant Nicolas Sarkozy qui devrait avoir honte ! Honte de parler sans savoir ou bien honte de mentir comme un arracheur de dent.
Pour vérifier si l’Education nationale organisait une « colonisation idéologique » des jeunes Français, L’Express a en effet analysé des manuels scolaires du primaire, du CP au CM2, qui correspondent à l »âge de l’enfant évoqué par le souverain pontife.
Constat des journalistes : à aucun moment les thèmes de l’homosexualité ou la transsexualité ne sont abordés. Les programmes d’Enseignement moral et civique sont axés sur l’égalité entre les filles et les garçons avec pour objectif de dénoncer la construction sociale qui voudrait par exemple que les filles aiment le rose, et les garçons le bleu.
Depuis 1989, l’éducation à l’égalité filles-garçons est inscrite dans les programmes scolaire : « Les enseignants éduquent pour lutter contre les stéréotypes et éviter les rapports sexistes notamment en ce qui concerne les tâches ménagères, le sport ou le travail. »

Mais peut-être est-ce cette affirmation de l’égalité entre les hommes et les femmes qui gêne ce père de famille, le pape et Nicolas Sarkozy ?

Je rappelle aussi à monsieur Sarkozy que l’infaillibilité du pape est un dogme définit en 1870 qui voulait que celui-ci ne puisse pas se tromper lorsqu’il s’exprime ex cathedra en matière de foi et de morale seulement. A proprement parler, l’infaillibilité du pape n’a joué qu’une seule fois depuis : pour la définition de l’Assomption de la Vierge Marie, à la Toussaint 1950. Tout le monde conviendra que le contenu des manuels scolaires, dans un Etat laïque, échappe donc à l’infaillibilité pontificale !

5 thoughts on “Monsieur Sarkozy et la laïcité”

  1. Cher collègue,
    j’ai peu d’affinité pour notre cher ancien président mais encore moins pour notre chère ministre qui ignore benoitement la théorie du genre qu’elle promeut en douce (voir vidéo et ancienne question de l’abcd de l’égalité). Je ne comprends pas l’hypocrisie du gouvernement sur ce sujet. Ils pourraient assumer officiellement leurs idées. D’autant plus que c’est Chatel qui avait commencé l’introduction de la question du genre dans les programmes de SVT.
    Cordialement,
    M.Ducros

    1. Au moment de l’entretien que vous montrez, madame Vallaud – Belkacem n’était pas ministre de l’éducation nationale. Et elle évoque surtout la lutte contre les stéréotypes et le sexisme qui est juste et nécessaire. Dans l’article de l’Express auquel je renvoie, sont aussi observés des manuels de SVT et voix la conclusion : « Chez tous les éditeurs, les cours de Sciences et vie de la Terre (SVT) abordent, eux, la puberté en mettant en avant uniquement les changements physiques.  »
      Evoquer une propagande de l’éducation nationale sur une « théorie du genre » est un grossier mensonge. Et qu’un homme politique français suive aveuglément un pape dérange le prof d’histoire et d’éducation civique que je suis. Politique et religion doivent être séparées : monsieur Sarkozy peut adorer le pape en privé, mais il ne peut pas le dire.

      1. Concernant M. Sarkozy , il veut les voix des électeurs conservateurs catholiques. C’est un pur opportuniste qui est prêt à raconter n’importe quoi pour les obtenir. Je répète que c’est sous son mandat que les idées de Judith Butler ont été introduites dans l’EN via M. Chatel . il dit donc l’inverse de ce qu’il fait. Il n’y a à mon sens aucun intérêt à lui donner la parole. Ceci dit, il y a quelques semaines plusieurs membres du gouvernement ont repris les paroles du pape sur la question des migrants pour justifier leur politique. Cela montre surtout que nous sommes en période électorales.

        Quand au reste, à « l’express » qui vous sert d’argumentaire, je vous oppose cet article du Figaro (fin de page) qui montre que la question du « genre  » intègre plus subtilement l’éducation nationale que de la propagande à l’ancienne.
        Je précise qu’il n’y a pas si longtemps à l’EHESS à une époque révolue (malheureusement) ou votre serviteur faisait encore des études d’histoire, je suivais un cours sur cette question sous la direction de Juliettes Rennes. Cours passionnants qui partaient tous du postulat que le genre était une construction sociale. Cela était ce qu’on appelait là bas la « théorie du genre  » ce que visiblement nous n’avons plus le droit de prononcer puisqu’elle n’existe « pas » ou « plus ». J’estime à titre personnel que cette théorie est valable que si on lui accole le supplément suivant : « le genre était une construction sociale et aussi un donné naturel » . A mon grand étonnement quelques années plus tard, en formation (IUFM), sur cette même question la théorie était devenue vérité scientifique et les auditeurs (futurs profs) semblaient tous y souscrire ce qui m’étonna et me rendit tatillon sur le sujet. Vous savez tout comme moi que le manuel n’est pas le plus important; ce n’est qu’un outil. Par contre ce que pense le professeur l’est beaucoup plus.
        Je suis ennuyé de vous embêter avec cela, d’autant plus qu’au départ je voulais vous demander comment s’était passée votre séquence sur les liens entre empires arabo-musulmans, empires byzantins et empires carolingiens qui me semblait intéressante. Je suis très curieux de lire des exemples de lettres des vos élèves présentant les 3 religions monothéistes. Pourriez-vous en mettre en ligne?
        Cordialement,
        M.Ducros

        http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/10/04/31003-20161004ARTFIG00166-berenice-levet-le-systeme-scolaire-tout-entier-est-impregne-des-fondements-de-la-theorie-du-genre.php

  2. Je vous rejoint sur cette définition : « le genre était une construction sociale et aussi un donné naturel ». La personne qui parle dans l’article du Figaro que vous mentionnez me semble user d’artifices de langage comme lorsqu’elle dit « Les spécialistes du déni nous objectent que le Genre n’est pas enseigné à l’école primaire, au collège puisque le mot ne figure nulle part. Peut-être, mais là n’est pas la question, ce qui est bel et bien diffusé, ce sont les postulats du Genre, et pas seulement dans et par les manuels. »
    Pour les propos du pape, là est la question il me semble ! Ce qui m’ennuie dans tout cela, c’est la malhonnêteté intellectuelle.

    Pour changer de sujet, je vais tâcher de mettre en ligne les lettres de mes élèves, si je parviens à les récupérer. La séquence s’est bien passée, mais quelques élèves ont été gêné par le fait que Irène, Charlemagne et Harun Al-rashid se retrouvaient dans la même leçon avec Roger II et Al – Idrissi. D’ailleurs, dans le journal de bord du marchand vénitien au XIIe siècle (le devoir maison), ils ont parfois mentionné Irène et Charlemagne !

    1. Nous ne nous mettrons pas d’accord sur la question initiale.
      Par contre, votre travail sur les lettres m’intéresse vraiment. J’espère que vous pourrez en récupérer.
      Cordialement,
      M.Ducros

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s