Analyser des sondages d’opinion

Je travaille en ce moment sur les sondages et l’expression de l’opinion publique avec les troisièmes et l’actualité politique nous donne beaucoup de matière première à observer.

La nouvelle enquête de l’institut Harris, publiée jeudi pour le site de France Info,indique que 39% des Français certains de se déplacer pour la primaire ont l’intention de voter pour Alain Juppé au premier tour, contre 35% en faveur de Nicolas Sarkozy, les autres candidats arrivant loin derrière (12% pour François Fillon, 8% pour Bruno Le Maire, 3% pour NKM, 2% pour Jean-Frédéric Poisson et 1% pour Jean-François Copé). Au second tour, toujours selon Harris Interactive, Alain Juppé dominerait son adversaire avec 53% des voix (+1% par rapport au mois dernier).
Une autre étude d’opinion semble confirmer cette avance : le baromètre de popularité YouGov pour Le Huffington post et iTélé. Dans ce sondage mensuel  où plusieurs réponses sont possibles, Alain Juppé progresse de 10 points en un mois (31%), loin devant Nicolas Sarkozy, qui perd 2 points (18%), à six semaines du premier tour de la primaire.
Toutefois cette avance apparente d’Alain Juppé serait à relativiser au regard d’autres sondages d’opinion dévoilant la participation des sympathisants de la gauche dans la primaire de la droite et du centre.
D’après trois sondages publiés au mois de septembre (BVA, IFOP et Ipsos), les sympathisants de gauche pourraient en effet être entre 10 % et 16 % des participants à la primaire, soit de 260 000 à 560 000 selon les estimations, sur les 2,6 millions à 3,5 millions de votants estimés.
Le blog Les décodeurs proposent une approche chiffrée de la question à partir des trois sondages publiés. D’après les chiffres des trois études, c’est clairement Alain Juppé qui bénéficie le plus du soutien potentiel des sympathisants de gauche, ces derniers représentant 6 % à 7 % des intentions de vote sur son nom.

capture-decran-2016-10-06-a-10-28-34
Selon leurs calculs, l’ordre d’arrivée à l’issue du premier tour serait inversé si les sympathisants de gauche ne prenaient pas part au scrutin. Dans les trois sondages, Nicolas Sarkozy arriverait en effet en tête avec, au mieux, 38,5 % des suffrages (sondage BVA dans lequel la proportion des sympathisants de gauche dans le vote Juppé atteindrait 19,8 % contre 1,5 % dans celui de Sarkozy) ou, au plus bas, avec 35,4 % des voix (sondage IFOP avec 21,9 % de sympathisants de gauche dans le vote Juppé contre 4,13 % dans celui de Sarkozy).

capture-decran-2016-10-06-a-10-28-41
Selon les trois sondages, Alain Juppé arriverait encore largement en tête au second tour de la primaire avec 56 % à 57 % des suffrages. Mais encore une fois, le vote des sympathisants de gauche jouerait un rôle considérable dans le score.
En ignorant le vote de ces sympathisants, Alain Juppé arriverait toujours en tête, mais l’écart avec Nicolas Sarkozy s’en trouverait fortement réduit (de 2,1 points à 4,5 points).

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s