La maîtrise de la langue par les élèves

Une étude publiée par la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance, à la mi-juillet, indique des données particulièrement intéressantes : elle établit en effet que le niveau de maîtrise de la langue des élèves n’a pas baissé entre 2003 et 2015 et qu’il a même progressé en éducation prioritaire. De quoi contredire les Cassandre du déclin de notre langue ?

capture-decran-2016-09-25-a-16-08-07
L’étude baptisée CEDRE évalue le niveau des acquis des élèves en maitrise de la langue (compréhension écrite et étude de la langue, grammaire, orthographe, vocabulaire), à la sortie de l’école (CM2) et du collège (3ème), de manière fine et étendue.
Le panel de supports utilisés dans l’étude est varié et complet : « Pour évaluer la compréhension en lecture, une sélection de différents types d’écrits (littéraire, scolaire, vie courante), de modalités variées (lecture d’un ou plusieurs documents) et de divers genres de textes (narratif, explicatif, poétique) a été opérée. Dix-huit supports écrits (dont la longueur varie de 60 à 900 mots) sont utilisés, dont neuf accompagnés d’iconographie ».
Par ailleurs, le nombre d’élèves et d’écoles ayant pris part à l’étude est important : 7 400 élèves de CM2 de 270 écoles, 9 000 élèves de 3ème de 360 collèges.
Enfin, pour la première fois, CEDRE propose une mise en perspective portant sur 12 années et 3 études (2003, 2009, 2015).

Quelles sont les conclusions de ces études ?
Le premier constat est que le niveau des acquis des élèves de primaire en maitrise de la langue n’a pas baissé depuis 2003 (score moyen de 250 en 2003, de 251 en 2015). 60% des élèves ont une maitrise suffisante des compétences attendues en fin de scolarité primaire. C’est évidemment insuffisant, mais c’est pareil qu’il y a 12 ans.
Deuxième point intéressant : il y a moins d’élèves en très grande difficulté en 2015 (11% des élèves) qu’en 2003 (15%). Les deux groupes les plus faibles comptent moins d’élèves, au bénéfice des groupes intermédiaires. De fait, les écarts entre élèves tendent à diminuer (43 points contre 50), malheureusement en raison également du nombre moins important d’élèves performants (7,2% contre 10% dans le meilleur groupe).
Troisièmement, les résultats des élèves en éducation prioritaire progressent sensiblement : ils ne sont plus que 20 % dans les deux plus mauvais groupes, contre 34% il y a 12 ans. Le nombre d’élèves en très grande difficulté a été divisé par 3,5 et cette amélioration se fait au bénéfice de tous les groupes supérieurs, y compris le meilleur groupe, ce qui est le cas uniquement en éducation prioritaire. Le score moyen en Education Prioritaire augmente de 12 points en 12 ans, même si le niveau reste inférieur au public hors EP (33 points d’écart en 2003, 20 points en 2015).
Pour la première fois, CEDRE s’est penché sur les stratégies de lecture utilisées par les élèves. Les bons lecteurs sont des lecteurs actifs, conscients des stratégies qu’ils emploient pour accéder au sens et pour contrôler et réguler leur compréhension. L’étude révèle à ce sujet que moins d’un tiers des élèves utilise des stratégies efficaces, et plus d’un tiers des stratégies inefficaces (par exemple : éviter la lecture à haute voix, continuer à lire sans résoudre les problèmes de compréhension, utiliser uniquement les informations du texte…).

D’après un article trouvé ici.

One thought on “La maîtrise de la langue par les élèves”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s