Lire et écrire, des compétences plus répandues qu’on ne le croit au Moyen – Âge ?

bouleau

Les gramota sont des écorces de bouleaux qui servaient de supports à des messages, conservées dans les sols humides de Russie. 400  d’entre eux ont été découvert entre 1951 et 1963 à Novgorod, par exemple.  Pour les fabriquer, on faisait bouillir l’écorce, et on gravait le message avec une pointe en fer ou en os, de préférence sur la face interne, plus tendre. Quand on voulait être sûr que cela perdure, on recouvrait le tout d’une fine couche de cire, qui protègeait le bois de l’humidité.
Ces gramota ont été utilisé durant tout le Moyen Âge, dans le nord de l’Europe, avant de disparaitre à partir du XVe siècle, lorsque le prix du papier baissa.
Sur ces tablettes de bois, on trouvait de tout : des comptes de ville, des documents juridiques, des lettres, des suppliques de paysans à leurs seigneurs, des testaments. L’immense majorité des documents sont écrits en vieux russe, langue du quotidien, et pas en grec ou en vieux slavonique, langues du savoir et du pouvoir.
Ces écrits révèlent des gens très proches de nous, qui utilisaient l’écrit pour des messages tout à fait ordinaires qui sont aujourd’hui comme des morceaux de vie fossilisés.
Il y a des demandes très prosaïques comme ce morceau : « Je suis tombé et me suis sali. S’il-te-plaît, envoie moi du linge propre. » ou « Envoie un serviteur, un boran ou une uda (terme de pêche). Je suis malade. Loue la barque à Paul Sobolecev » (n°124, XIVe – XVe).
Ils servaient aussi à fixer des rendez-vous fixés : « Attends-moi samedi devant la reza (filet de pêche), sinon, fais-moi signe » (rouleau n° 566, XIe siècle) ou encore « Salut de Gabriel à Posnik, mon beau-frère et compère, ainsi qu’à ma sœur Juliette (Ulita). Venez en ville, cela me fera plaisir, ne refusez pas notre invitation. Que Dieu vous apporte la joie. Nous, nous ne refusons pas votre invitation » (rouleau n’°497, deuxième moitié du XIVe siècle).
Ils pouvaient parfois contenir des menaces (morceau n° 538, deuxième moitié du XIVe siècle) : « Avertissement de la femme du pope au pope (Prikazû ot popadii k popu). Ce qui t’est arrivé a été transmis à Ananie. Et maintenant c’est Cyriaque (Kjurîjak) qui le diffuse, et maintenant tu peux t’en préocuper « 
On trouve même ce qui semble être une demande en mariage (n°377, XIIIe) : « De la part de Nikétas : Julienne, épouse moi. Je te désire et tu me désires. » et une déclaration d’amour : « ton âme et ton cœur se sont enflammés pour moi, pour mon corps et pour mon aspect » (n°521, XIVe – XVe).
Les archéologues ont aussi découvert de nombreux alphabets destinés à l’enseignement. Aux écrits et aux dessins du jeune Anthyme (du XIIIe siècle) qui illustrent cet article, il faut ajouter trois fragments d’alphabets des XIe, XIIe et XIIIe siècles (n° 444, 450 et 485), ainsi qu’un exemplaire plus tardif (n° 576, XVe siècle).
Les gramota de Novgorod dessinent l’image d’une société médiévale dans laquelle l’écrit est beaucoup plus répandu qu’on ne pourrait le croire. Il s’agit d’un monde où les enfants vont à l’école, apprennent leur alphabet. L’existence, en très grand nombre, de ces documents, suppose nécessairement une certaine expansion de l’instruction élémentaire.
Jusqu’à quel point ces documents prouvent-ils cependant que tous leurs expéditeurs et destinataires savaient lire et écrire ? Autrement dit, ces écrits sont-ils dus au stylet de leur auteur ou à celui d’écrivains professionnels ? Il faudrait notamment une étude paléographique de ces morceaux de bouleau pour tenter de répondre à cette question.

D’après un article du site Actuel Moyen Âge et un article scientifique consultable ici.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s