Non

Non,monsieur Sarkozy, je ne suis pas d’accord avec vous. Je pense même que vous racontez des âneries quand vous déclarez lors d’un meeting de campagne en vue de la primaire de droite, qu’à partir du moment où l’on devient français, « l’on vit comme un Français et nos ancêtres sont les gaulois« .
Revoilà le roman national, cette histoire de France du XIXe siècle, conçue alors que la République devait s’enraciner au sein du territoire et de la population, majoritairement d’origine européenne.
Ernest Lavisse l’expliquait ainsi :
« Il y a dans le passé le plus lointain une poésie qu’il faut verser dans les jeunes âmes pour y fortifier le sentiment patriotique. Faisons-leur aimer nos ancêtres les Gaulois et les forêts des druides, Charles Martel à Poitiers, Roland à Roncevaux, Godefroi de Bouillon à Jérusalem, Jeanne d’Arc, Bayard, tous nos héros du passé, même enveloppés de légendes car c’est un malheur que nos légendes s’oublient, que nous n’ayons plus de contes du foyer, et que, sur tous les points de la France, on entende pour toute poésie que les refrains orduriers et bêtes, venus de Paris. Un pays comme la France ne peut vivre sans poésie.« 

Mais entre 1870 et 2016, il y a la colonisation et l’immigration : les Français sont de cultures multiples et bien peu, sinon aucun, ne sont en fait descendant de ces gaulois, peuple mythifié dans l’esprit de nos hommes politiques. Une fois pour toute, les Gaulois ne correspondent à aucune réalité historique, le terme recouvrant en fait de nombreuses ethnies rassemblées sous le nom « Gaulois » par l’empire romain. On était Eduen, Arverne, Belge. A la rigueur, à la suite de la conquête romaine, on peut évoquer un peuple « gallo-romain ».

Monsieur Sarkozy, je suis Français. Je n’en n’éprouve aucune fierté, mais aucune honte non plus. Je suis Français parce que mes parents le sont, et avant eux mes grands – parents. Je n’ai donc aucun mérite. Mais je ne me sens pas Français et mes ancêtres ne sont pas gaulois. Pour ce que j’en sais, ils sont italiens pour une partie et germaniques pour l’autre…

Je préfère me voir comme un citoyen du monde, c’est – à – dire  un être humain, dans toute sa complexité et son héritage. Par vos propos, vous cherchez à tout simplifier pour séduire et attirer. Mais en fait, en faisant ainsi, vous méprisez l’intelligence de la plupart des gens qui reçoivent votre discours. Et vous n’êtes pas le seul, hélas.

One thought on “Non”

  1. Encore une occasion manquée de se taire pour M. Sarkozy… Certes, l’époque de la Gaule et Vercingétorix font partie de notre patrimoine historique et à ce titre il est justifié que cette histoire soit enseignée. Mais dire que tout Français a pour ancêtre Vercingétorix et les gaulois… M. Sarkozy a-t-il essayé de demander à des citoyens lambda s’ils se sentaient plus descendants de ceux-ci ou d’autres figures plus proches dans le temps ? Vous le soulignez bien, il y a eu tant de bouleversements contextuels (révolution industrielle, immigration, colonisation, mondialisation) qu’on voit mal comment son propos se tient. Mais qu’importe : il réussit à faire parler de lui et après tout que cherche-t-il de plus ?

    Excellente journée à vous !
    LRQP.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s