Vers un retour de la Garde nationale ?

Garde-nationale
Uniformes de la Garde nationale de Paris

La Garde nationale était le nom donné lors de la Révolution française à la milice de citoyens formée dans chaque ville, à l’imitation de la garde nationale créée à Paris. Créé suite aux mouvements de révoltes de la Grande Peur de l’été 1789, elle a existé sous tous les régimes politiques de la France jusqu’à sa dissolution dans toutes les communes de France en juillet 1871, après la Commune de Paris. La loi organisant la Garde nationale date du 29 septembre 1791. En 1793, elle atteignait un effectif de 116 000 hommes. En juillet 1816 fut proclamé une nouvelle ordonnance : la Garde nationale était une obligation pour tous les Français de 20 à 60 ans, imposés ou fils d’imposés, au rôle de contributions directes.

François Hollande a appelé les citoyens à s’investir dans les différentes réserves pour reconstituer une garde nationale, une idée qui avait déjà été évoquée devant le Congrès après les attentats du 13 novembre.
La garde nationale moderne n’a pas encore vraiment d’existence propre. Si elle prenait forme, elle reprendrait sans doute les effectifs de la « réserve opérationnelle ».
La réserve opérationnelle a pour but est d’être utile sur le terrain, en interventions auprès ou en remplacement des forces de l’ordre et des militaires. Elle est constituée de volontaires (issus de la société civile ou de l’armée) et de militaires partis de l’armée depuis moins de cinq ans (durée pendant laquelle tout militaire est soumis à l’obligation de disponibilité).
Les citoyens sont formés, au minimum cinq à dix jours par an, portés jusqu’à 13 en cas de missions en armes au sein de la population.
L’ensemble des forces de cette réserve opérationnelle est divisé en deux niveaux : côté volontaires, l’armée compte 28 000 réservistes et la gendarmerie 28 000. Ils ont signé un engagement à servir dans la réserve. Ces effectifs comprennent des membres de la société civile et des militaires du rang. C’est ce qu’on appelle la réserve de premier niveau. S’y ajoutent des effectifs potentiels beaucoup plus importants : 118 000 anciens militaires d’active et anciens gendarmes. C’est la réserve de deuxième niveau.

One thought on “Vers un retour de la Garde nationale ?”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s