Mort d’Eli Wiesel

elie_wiesel_nyc_3.9.07_075

Rescapé de la Shoah, Eli Wiesel s’est engagé toute sa vie pour de multiples causes (en faveur des juifs soviétiques, des Indiens du Nicaragua, des Kurdes, des réfugiés cambodgiens ou plus récemment  des victimes de la guerre du Darfour au Soudan) car il avait  fait un vœu après la guerre :
« Que toujours, partout où un être humain serait persécuté, je ne demeurerai pas silencieux. »
Elie Wiesel a été déporté à 15 ans à Auschwitz-Birkenau, en Pologne occupée par les nazis. Sa mère et sa plus jeune sœur furent assassinées dans ce camp. Son père mourut devant lui à Buchenwald où ils ont ensuite été transférés.
A sa libération en 1945, il a été recueilli en France par l’œuvre juive de secours aux enfants et il y a vécu jusqu’en 1956. Après des études de philosophie à la Sorbonne, il devint journaliste et écrivain. Il a publié son premier roman La nuit, en 1958 aux Éditions de minuit, reposant sur ses souvenirs de déportation.
Citoyen américain depuis 1963, Elie Wiesel a refusé la présidence de l’Etat d’Israël en 2006, arguant qu’il n’était qu’un écrivain. En 1986, il avait reçu le prix Nobel de la paix. Il laisse derrière lui une abondante liste de romans ou d’essais.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s