Réalité de l’archipel mégalopolitain

DHS07-Archipelmegalopolitain

Les maires de Paris et de Londres, ont publié, le lundi 27 juin 2016, une tribune commune dans les quotidiens Le Parisien et Financial Times concernant leur volonté, suite au Brexit, de renforcer la coopération entre les deux municipalités, dans laquelle ils font l’apologie du dynamisme des villes globales, cosmopolites et ouvertes sur le monde, qu’ils opposent à la léthargie des Etats-nations, considérés comme le cadre du repli sur soi.
C’est en effet dans les capitales que les partisans de l’Europe sont les plus nombreux, aussi bien en Angleterre, avec Londres qui a voté à 59,9 % pour le Remain alors que l’Angleterre votait à 53,4 % contre, qu’en France, avec Paris qui a voté à 66,45 % pour la constitution européenne alors que l’ensemble du pays s’était exprimé à 54,68 % contre. Le constat est aussi valable à un degré moindre pour les autres grandes villes connaissant un processus de métropolisation, à commencer par les deux autres principales agglomérations, Manchester et Lyon.
Suite au vote en faveur du Remain, une pétition a même recueilli 177 000 signatures  pour demander l’indépendance de la métropole londonienne au détriment du Royaume – Uni.
Ces velléités d’émancipation des grandes métropoles ne sont pas nouvelles et correspondent au scénario mis en avant dès 1995 par le japonais Kenichi Ohmae, qui prône un monde de cités-Etats prospèrent débarrassées de leur hinterland sous-productif sur le modèle de Singapour.
La forte ouverture de ces territoires urbains vis-à-vis de l’Europe s’explique par la surreprésentation de deux types de population: les immigrés et leurs descendants qui ont acquis la nationalité de leur pays d’accueil et les élites mondialisées, les métropoles concentrant les cadres supérieurs, qui voyagent beaucoup.
L’existence d’une fracture entre les grandes métropoles mondialisées et le reste de leur territoire national au sein de l’Europe occidentale apparaît de plus en plus comme un phénomène majeur, qui risque de remettre en cause la cohésion interne des Etats-nations européens. Si le caractère multiculturel affirmé des grandes métropoles apparaît plutôt comme un atout dans la mondialisation, sous réserve que les rapports entre les communautés ne soient pas trop conflictuels, le reste du pays le perçoit comme une menace, dans un contexte de stagnation, voire de déclin économique.

D’après un article du Figaro.fr

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s