Le tirage au sort pour entrer à l’université est illégal

Le tribunal administratif de Bordeaux a considéré que la pratique du tirage au sort, arrivant en dernier ressort pour départager des candidats trop nombreux dans certaines filières universitaire, était sans fondement légal.
La semaine dernière, le tribunal administratif de Bordeaux a en effet donné raison à un élève qui contestait son refus d’inscription à l’université en filière Staps (sport) en septembre. Faute de capacité d’accueil suffisante, l’université avait départagé les candidats en procédant à un tirage au sort. Le juge a annulé le refus d’inscription sans cependant obliger l’université à inscrire l’élève pour la prochaine rentrée.Le recteur d’académie est tout de même prié de réétudier le dossier.
Cette sélection douteuse par tirage au sort a été pratiquée dans 189 formations l’année dernière. Il y en aura probablement encore 78 cette année !
Si l’on s’en tient au code de l’éducation, le principe est pourtant clair : tout bachelier, sans distinction aucune, doit pouvoir s’inscrire dans l’université de son choix.
Dans les faits, la réalité est bien différente. Au-delà des cas de sélection déguisée, pratiquée par certaines universités, il existe une autre forme de sélection, via le système APB, quand le nombre d’élèves souhaitant s’inscrire dans une filière dépasse les capacités d’accueil. Le code de l’éducation prévoit alors que le recteur de l’académie tranche, après avis du président d’université, en fonction du domicile, de la situation de famille du candidat et des préférences exprimées par celui-ci.
L’association Droit des lycéens a milité ces derniers mois pour réclamer la publication de l’algorithme APB et les explications qui vont avec afin de comprendre et faire connaitre les critères de sélection utilisés dans les filières dites en tension, où le nombre de candidats dépasse les places disponibles.
Le ministère a finalement dévoilé le 1er juin une partie des règles du jeu dans un communiqué de presse qui n’a cependant rien d’officiel. Il est écrit que quand le nombre de places vient à manquer, sont d’abord prioritaires les élèves venant de l’académie. Si cela ne suffit pas, ceux qui ont placé cette université en premier vœu sont avantagés. Et enfin, si cela ne suffit toujours pas, il est procédé à un tirage au sort ! Cette solution étant  considérée comme non attentatoire au principe de non-sélection à l’université.

D’après un article de Libération.fr

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s