Encore une alerte sur l’Amazonie

Avec ses 6,7 millions de km² de forêt, dont 2,1 millions de km² protégés, l’Amazonie rassemble 34 millions d’habitants et 350 groupes indigènes, 2200 espèces animales et 40 000 espèces végétales. Elle s’étend sur huit pays d’Amérique du Sud.
Or, une augmentation constante et considérable du nombre d’activités en Amazonie affecte en particulier les aires protégées, qui se voient dégradées, déclassées ou réduites, au profit de bénéfices économiques. 17 % de la forêt ont déjà été détruits, et une ONG définit 31 fronts de déforestation qui mettent en péril la forêt. Les conséquences locales, mais aussi globales, sont en effet multiples : émissions de gaz à effet de serre, destruction de la biodiversité, altération de l’hydrologie ou encore érosion des sols.
La course aux terres et aux ressources se traduit surtout par l’explosion des activités agricoles (monocultures de grande échelle et élevages de bétail).
Les industries minières et la construction de nouvelles routes, qui devraient traverser l’Amazonie d’est en ouest pour favoriser le développement du commerce avec l’Asie de l’est, sont aussi pointées du doigt, tout comme les 250 projets de barrages.
Pour faire face à ces menaces, l’ONG juge urgent de développer une politique régionale propre à l’ensemble de l’Amazonie, au-delà des logiques nationales.
Un Traité de coopération amazonienne existe déjà, ratifié en 2012 par les huit pays concernés. Mais ce texte est majoritairement axé sur l’économie et trop peu sur l’environnement.

D’après un article du Monde.fr

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s