Les enfants fantômes

Les «enfants fantômes», âgés de moins de cinq ans, sont probablement 230 millions dans le monde. Inscrits nulle part à la naissance, ils sont condamnés à être des sans-papiers à vie dans leur propre pays.
Selon l’Unicef, en 2012, 60% des bébés nés dans le monde étaient enregistrés à la naissance., surtout en Asie du Sud et en Afrique.
Cela s’explique d’abord par le manque de connaissances des familles sur l’importance de l’enregistrement à la naissance et des conséquences en cas de non-enregistrement. Sans acte de naissance, ces enfants sont en effet en proie à diverses formes d’esclavage et d’exploitation. Le certificat de naissance permet également d’avoir accès aux services de base comme l’éducation, les soins ou la sécurité sociale.
Dans les pays les plus touchés comme la Somalie, le Liberia ou l’Éthiopie, seul un enfant sur dix est enregistré à la naissance. En Chine,la politique de l’enfant unique a longtemps contribué à priver d’existence légale des millions de Chinois.
Partout dans le monde, ces «enfants fantômes» sont en proie à de nombreuses violences, et notamment au travail forcé. Sans preuve de leur âge, les enfants sont souvent recrutés de force. Pour les petites-filles, le problème très récurrent reste les mariages précoces. Dans le monde, 39 millions de jeunes filles ont été mariées avant 18 ans.

Afin de lutter contre ces abus, l’ONG Plan International milite pour favoriser l’enregistrement des naissances dans plus de 52 pays, et ce, grâce à une campagne intitulée «Chaque Enfant Compte». Il faut évidemment sensibiliser les populations à l’importance d’inscrire tôt son enfant à l’état civil. Mais l’ONG plaide aussi pour la gratuité de l’enregistrement à la naissance. Enfin, pour pallier au problème du déplacement pour faire enregistrer l’enfant (parfois à 40 kilomètres du village) Plan International est en train de développer une application mobile. Les chefs de villages pourraient ainsi télécharger l’application pour notifier l’état civil des naissances dans leur village.

D’après un article du Figaro.fr

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s