La situation de Mayotte

L’île de Mayotte est paralysée depuis le 30 mars par une grève générale qui fait suite à un mouvement entamé en novembre et suspendu à cause de l’état d’urgence.
Le mouvement réclame l’« égalité réelle » entre Mayotte et la métropole. L’île a choisi en 1976 de rester française, alors que le reste des Comores accédait à l’indépendance, et est officiellement devenue le 101e département en mars 2011. Toutefois, elle ne bénéficie pas encore totalement des mêmes droits que les autres territoires français dans plusieurs domaines.
Par exemple, le code du travail qui s’applique à Mayotte n’intègre qu’environ 25 % de la législation française. Ainsi, la durée hebdomadaire du travail à Mayotte est toujours de 39 heures (contre 35 heures dans l’Hexagone), et le recours à l’intérim n’est pas possible.
Les allocations familiales, logement ou retraite ne sont pas calculées de la même façon qu’en France métropolitaine et ont des montants bien inférieurs, même si elles sont revalorisées progressivement. Ainsi, le RSA socle que reçoivent les Mahorais ne représente que 50 % du montant versé dans l’Hexagone (268,08 euros par mois contre 524,68 euros dans l’Hexagone).
On constate à Mayotte un manque flagrant de routes, de centre de production d’énergie et d’établissements sanitaires et scolaires. Les grévistes réclament donc d’urgence la construction d’écoles, ainsi que des mesures contre l’insécurité.
De nombreux autres indicateurs montrent que l’« égalité réelle » est très loin d’être atteinte entre Mayotte et la France métropolitaine. Il y a même un écart très important entre Mayotte et les autres départements d’outre-mer, à commencer par le plus proche, La Réunion, également situé dans l’océan Indien.

4901645_6_f6f4_2016-04-13-720ff6a-18164-3b0f7r_225d624303d6bc0337c19f99dfa91773

Le chômage touche 19 % de la population active et 61 % des 15-24 ans, et plus de 27,6 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté. L’indice de développement humain, qui regroupe des indicateurs de richesse, d’éducation et de santé place Mayotte à la 107e position alors que la France est 20e. Selon l’économiste Olivier Sudrie, avec un taux de croissance de 4,5 % par an, il faudrait 33 ans à Mayotte pour rejoindre le niveau de l’Hexagone.
Mayotte est aussi confrontée à une très forte immigration clandestine. Les migrants arrivent surtout des autres îles des Comores, au prix de naufrages fréquents. De nombreux mineurs (ils seraient environ 6000 mineurs isolés, non scolarisés, qui doivent se débrouiller tout seuls) et femmes enceintes tentent la traversée. Ces dernières espèrent accoucher à Mayotte pour que leur enfant soit français. En 2014, près de 20 000 migrants ont été ainsi reconduits à la frontière. Le nombre de clandestins est par définition difficile à estimer, mais il se compte en dizaines de milliers, pour 220 000 habitants officiels dans l’île.

D’après un article du blog Les Décodeurs.

One thought on “La situation de Mayotte”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s