L’ancêtre des cousins Homo sapiens et Homo neanderthalensis

Crane-550x303
Le crâne virtuel de l’ancêtre commun aux deux espèces Homo

Nous savons que nous avons un ancêtre commun avec les Néandertaliens. Cet ancêtre, ou plutôt cette population ancestrale qui est généralement appelée Homo heidelbergensis, vivait au Pléistocène moyen (période qui va d’environ 800 000 ans à 200 000 ans avant notre ère), en Afrique et probablement en Eurasie. Il est pour le moment difficile de déterminer cependant à quel moment les deux lignées, celle des hommes modernes et celle des Néandertaliens se sont séparées (les plus anciens hommes modernes et Néandertaliens connus ne sont vieux que d’environ 200 000 ans).

nicole.rolin.pagesperso-orange.fr

L’objectif d’une étude menée par des paléoanthropologues de l’université de Cambridge était de reconstruire mathématiquement un crâne virtuel qui représenterait un fossile de cette population ancestrale. Par la suite nous pouvions considérer ce fossile virtuel comme un fossile « normal » et le comparer avec les fossiles originaux pour voir si sa morphologie correspondait à certains spécimens. Pour prendre en compte le débat sur le moment de la séparation des lignées moderne et néandertalienne, ils ont créé trois ancêtres virtuels correspondant à trois dates possibles pour cette séparation : 1 million d’années, 700 000 ans et 400 000 ans. A l’heure actuelle, la date la plus probable de séparation des lignées, qui correspond aux estimations basées sur l’ADN et l’horloge moléculaire est plus proche de 400 000 ans.

unspecified-915x1024
En haut : crâne d’Homo sapiens / En bas : crâne d’Homo neanderthalensis / Au milieu : l’ancêtre commun

Pour créer ce modèle de crâne, ils ont construit un arbre simplifié représentant l’évolution du genre Homo. Cet arbre contenait trois espèces différentes, Homo erectus, Homo neanderthalensis et Homo sapiens, représentées par 15 spécimens (2 erectus, 5 Néandertaliens et 8 hommes modernes) du fait de l’état de conservation général des fossiles qui sont souvent très fragmentaires.
Les spécimens ont ensuite été décrits par 797 « point-repères » qui couvraient l’ensemble du crâne. C’est cette information, la forme décrite par ces point-repères, qui a été utilisée par l’algorithme et contrainte par un modèle d’évolution basé sur la marche aléatoire des changements évolutifs, afin de « remonter le temps ». A partir de là, ils ont pu obtenir un ancêtre virtuel pour chaque nœud de l’arbre généalogique simplifié qui représente l’histoire du genre Homo.

Les chercheurs ont ensuite comparé les trois ancêtres virtuels obtenus à plus de 50 crânes provenant d’Afrique et d’Eurasie et datant de 1,8 million d’années jusqu’à nos jours. Les trois ancêtres ont une morphologie qui ressemble aux fossiles datant du Pléistocène moyen, c’est-à-dire la période à laquelle nous savons qu’existait la population ancestrale des hommes modernes et des Néandertaliens. Ceci tend à montrer que l’estimation fonctionne bien puisque le modèle utilisé pour calculer les ancêtres n’incluait pas de fossile de cette période. Parmi ces trois modèles, l’ancêtre virtuel qui ressemble le plus aux fossiles de cette période est le numéro 2 reconstruit sur l’hypothèse d’une séparation entre Néandertaliens et hommes modernes vers 700 000 ans avant notre ère.

D’après un article d’un blog du Monde.fr

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s