Un film à voir pour réfléchir

ob_b8905b_8ebc7aeb-3242-4f29-9d0f-ffb01866c97d

Je me suis rendu ce matin à la projection en avant-première du film Demain qui sort mercredi. Je m’attendais à un film « écolo » et j’ai été agréablement surpris. Et surtout j’ai appris beaucoup de choses.

D’abord l’existence des monnaies locales complémentaires qui me semblent de très bonnes initiatives pour lutter contre l’influence de la spéculation boursière et la délocalisation des activités. J’ai découvert que de nombreuses monnaies de ce types existent déjà en France dont l’une au Havre, appelée le Grain. A ma grande surprise, une monnaie locale existe à Rouen, l’Agnel. Le fichier à récupérer ici indique les commerces qui l’acceptent et les bureau de change  dont la librairie l’Armitière à Rouen.

Ensuite l’existence d’entreprises pratiquant l’écolonomie comme Pocheco, dans le Nord – Pas – de Calais.

Enfin le  mouvement des Incroyables Comestibles, né en Grande-Bretagne, à Todmorden, en 2008. Les gens ont commencé à y planter dans les lieux publics pour essayer d’atteindre l’auto-suffisance alimentaire. Les plantations sont alors à la disposition de tous. Là encore, ce mouvement a pris racine dans l’agglomération rouennaise.

Je pense que ce film est à montrer aux élèves afin de les amener à se rendre compte que, si des solutions existent aux crises actuelles que traversent nos sociétés, ils peuvent en être les acteurs sans attendre des pouvoirs politiques une réaction qui ne viendra sans doute jamais tant ce pouvoir a perdu le sens des réalités et du terrain.

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s