Une analyse géopolitique claire

Le général Jean-Bernard Pinatel se livre pour le Figaro a une intéressante analyse de la stratégie américaine en Europe et au Moyen – Orient depuis 1990.

« Le point central de la stratégie américaine visant à maintenir la suprématie mondiale qu’ils ont acquise en 1990 avec l’effondrement de l’URSS est d’empêcher la seule alliance qui peut la leur contester: l’alliance de l’Europe avec la Russie. A cette fin, ils n’ont pas cessé de provoquer la Russie en essayant d’étendre l’OTAN jusqu’à ses frontières, en cherchant même à y incorporer la Géorgie, patrie de Staline et l’Ukraine dont Kiev est la capitale historique des débuts de l’empire Russe. Tant en Géorgie qu’en Ukraine, ils ont provoqué la Russie, via Mikhail Saakachvili, agent de la CIA, devenu chef d’Etat, des Fondations et des soutiens financiers aux partis anti-Russe, dans le but d’installer une guerre froide en Europe. Ils ont presque réussi après la réaction Russe en Crimée et la rébellion du Donbass , entrainant les Européens dans des sanctions économiques contraires à leurs intérêts et réinstallant les prémices d’une guerre froide en Europe.
Mais au Moyen-Orient, porte orientale de l’Europe, les Etats-Unis de Bush et d’Obama ont commis plusieurs erreurs stratégiques qui risquent de mettre à mal leur objectif principal: empêcher la création de l’ «Eurasie» .
Ils ont totalement sous-estimé la menace de l’islamisme salafiste que Bush a exacerbé avec la guerre puis l’occupation de l’Irak entre 2003 et 2011 et par leur soutien à Al Maliki, un Premier ministre corrompu et sectaire qu’ils ont installé à la tête de l’Irak en 2006 et soutenu jusqu’en 2014.
Quand l’Etat islamique a été proclamé, les Etats-Unis ont à nouveau sous-estimé sa nuisance et ont mis en place, à leur habitude, une politique de «containment» à base de frappes aériennes périphériques qui s’est avérée inefficace parce qu’ils n’ont pas voulu prendre les conditions politiques de sa réussite. En effet, ils n’ont pas voulu prendre le risque de se fâcher avec leurs alliés régionaux : la Turquie d’Erdogan, membre de l’OTAN, et l’Arabie saoudite qui tous deux soutiennent Daech. Ainsi l’Etat islamique, durant les années 2014 et 2015, a pu continuer en toute impunité à exporter son pétrole en Turquie, s’y réapprovisionner en armes et munitions et y soigner ses blessés ainsi qu’ à recevoir de l’argent via l’Arabie saoudite qui est devenue la première lessiveuse de l’argent sale mondial grâce à l’opacité de ses banques.
(…)
Obama se trouve donc pour la première fois confronté au risque majeur de voir la France et les Français prendre conscience que, face à la menace du terrorisme salafiste, la Russie est leur meilleur allié.
Il se trouve donc devant une option stratégique cruciale:
1) Continuer à ménager l’Arabie saoudite et la Turquie tout en intensifiant ses frappes contre les ressources pétrolières de Daesh en espérant qu’il n’y aura pas d’autres attentats sanglants en France et en Europe durant les 2 ou 3 ans nécessaires pour éradiquer l’EI ;
2) Tordre le bras à Erdogan et à l’Arabie saoudite pour que le premier ferme sa frontière et que le second arrête le robinet financier, au risque se fâcher avec deux alliés déjà très en retrait après le rapprochement d’Obama avec l’Iran. Dans ce cas les efforts coordonnés de la coalition peuvent aboutir à la rapide déroute de l’Etat islamique.
Dans le premier cas, il risque de mettre en danger le cœur de sa stratégie mondiale: empêcher la création de l’Eurasie. Dans le second, il ne met en danger que sa stratégie régionale, sans conséquence sur son approvisionnement énergétique, les Etats-Unis approchant de l’autosuffisance avec le pétrole et le gaz de schiste.« 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s