Portrait de femme : Aliénor d’Aquitaine (1122 – 1204)

Chinon_chapelle_radegonde_2cavalier_1couronné_aquarelle
Portrait supposé d’Aliéner (portant la couronne) lors de son emprisonnement. fresque peinte sur le mur de la chapelle Sainte Radegonde de Chinon.Fin XIIe siècle.

Petite – fille de Guillaume IX, duc d’Aquitaine et prince – troubadour, elle devint l’héritière du duché à la mort de son frère Guillaume Aigret, en 1130. A la mort de son père, elle épousa l’héritier du trône de France, qui devint Louis VII quelques jours plus tard, en 1137.

Elle poussa le roi à faire dissoudre le mariage de Raoul de Vermandois, pour que sa sœur Pétronille d’Aquitaine, amoureuse, puisse l’épouser, ce qui causa une guerre avec le comte de Champagne, Thibaut IV de Blois, frère de l’épouse délaissée. C’est au cours de ce conflit que la ville de Vitry-en-Perthois fut prise, et l’église dans laquelle s’étaient réfugiés ses habitants incendiée. Cela poussa le pape Eugène III a jeté l’interdit sur le royaume de France en 1145. Pour expier cette faute, Louis VII, à qui la jeune reine venait de donner une fille, annonça son départ pour la deuxième croisade, en compagnie d’Aliénor.
La croisade fut l’occasion de la rupture entre les deux époux et  si le pape Eugène III à l’abbaye du Mont-Cassin, puis Suger (par lettres interposées), réussirent à les réconcilier un moment, le mariage fut annulé le 21 mars 1152 par le synode de Beaugency, pour motif de consanguinité.

Huit semaines après l’annulation de son premier mariage, elle épousa le futur roi d’Angleterre, qui avait le même degré de parenté avec elle que Louis VII. Elle lui apporta en dot le duché d’Aquitaine qui était resté en sa possession.
En 1170, son fils Richard fut proclamé duc d’Aquitaine et Aliénor gouverna le duché en son nom. Elle s’établit à Poitiers, y créant la Cour d’amour, lieu de développement du genre littéraire de l’Amour courtois.
En 1173, devenue hostile à son mari, elle poussa ses fils Richard, Geoffroy et Henri le Jeune à se soulever contre leur père. Aliénor espèrait lui reprendre le pouvoir mais elle fut capturée lors d’un voyage et emprisonnée pendant presque quinze ans.

Après la mort d’Henri II, en 1189, elle fut libérée par l’ordre du nouveau roi, son fils Richard Cœur de Lion. Alors que celui-ci était parti pour la Troisième croisade, elle gouverna en son nom et réussit à réunir la somme pour la rançon demandée après sa capture.

Après cela, elle se retira dans l’abbaye de Fontevraud et ne joua plus un très grand rôle politique jusqu’à sa mort, en 1204, au moment où le roi de France confisquait la Normandie à son fils félon Jean Sans Terre.

L’émission Au coeur de l’histoire était justement consacrée à Aliénor d’Aquitaine le 14 mars dernier.

Une réponse sur « Portrait de femme : Aliénor d’Aquitaine (1122 – 1204) »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s