22 février 1944 : placardage de « l’affiche rouge »

afficherouge-3

Elle fut placardée sur les murs français le 22 février 1944 en 15 000 exemplaires et annonçait l’exécution de 23 membres du groupe Francs-tireurs et partisans appartenant au réseau Manouchian. Ce réseau était constitué de 23 résistants communistes, dont 20 étrangers, des Espagnols rescapés de Franco, enfermés dans les camps français des Pyrénées, des Italiens résistant au fascisme, Arméniens, Juifs surtout ayant échappés à la rafle du Vel’d’Hiv de juillet 1942 et dirigé par un Arménien, Missak Manouchian. Il faisait partie des Francs-tireurs et partisans – Main-d’œuvre immigrée. Il furent arrêtés en novembre 1943. Les 22 hommes sont fusillés le 21 février 1944 au fort du Mont-Valérien. Olga Bancic, la seule femme du groupe, est décapitée le 10 mai à Stuttgart, en application du manuel de droit criminel de la Wehrmacht interdisant alors de fusiller les femmes.

L’affiche, éditée par le Centre d’études antibolchéviques,  devait servit à la propagande nazie qui stigmatisa l’origine étrangère de la plupart des membres de ce groupe. Mais les visages des résistants suscitèrent plutôt la sympathie et l’admiration : de nombreux anonymes déposèrent des fleurs au pied des affiches et collèrent des bandeaux sur lesquels on pouvait lire : « Oui, l’armée de la résistance », « Morts pour la France », ou encore « Des martyrs ».

Voici ce qu’en disait l’écrivain Simone de Beauvoir dans son autobiographie : « A Paris, les occupants ne collaient plus d’« Avis » aux murs ; cependant ils affichèrent les photographies des « terroristes étrangers » qu’ils condamnèrent à mort le 18 février et dont vingt-deux furent exécutés le 4 mars : malgré la grossièreté des clichés, tous ces visages qu’on proposait à notre haine étaient émouvants et même beaux; je les regardai longtemps, sous les voûtes du métro, pensant avec tristesse que je les oublierais. » (La Force de l’âge)

Ci-dessous, une vidéo illustrant la chanson interprétée par Léo Ferré, sur un texte d’Aragon. Il s’agit d’un travail de TPE d’élèves de première.

Un lien vers une émission de France Inter, « Là-bas si j’y suis », consacrée à ces évènements.

4 thoughts on “22 février 1944 : placardage de « l’affiche rouge »”

  1. Sur quoi fondez-vous cette remarque ? Toutes les données que j’ai pu trouver là-dessus évoque un tirage de 15 000 affiches. Vos sources m’intéressent dans ce cas.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s