De quoi travailler encore !

J’ai reçu ce matin les trois volumes des Oeuvres poétiques de l’abbé L. Guiot. Grâce au troisième tome contenant une notice biographique, je connais maintenant sa date de décès, le 19 septembre 1878. Par contre, la notice donne pour sa date de naissance le 12 décembre 1818 et non le 18. Ce troisième tome comprend aussi un portrait de l’abbé, non daté, cadeau d’un ami anonyme pour l’édition de ce tome.

IMG_1011

Ce troisième volume comporte aussi 22 lettres de l’abbé  dont 11 datées de Chécy de 1874 à mars 1878 et 5 adressées à son frère et sa famille parisienne (l’une datée de Baule et les quatre dernières de Chécy). Le fait de découvrir des lettres familiales dans ce recueil pose la question de l’origine des lettres entrées en ma possession : s’agit-il de lettres issues de la dispersion de papiers familiaux ou bien de lettres confiées par la famille pour l’édition des oeuvres de l’abbé ? Si c’était ce dernier cas, il serait possible que d’autres lettres subsistent, dans les archives du séminaire de Saint Mesmin par exemple.

One thought on “De quoi travailler encore !”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s